Des phalènes pour le commissaire Ricciardi, Maurizio De Giovanni, Editions Rivages/noir

 

Traduit de l'italien par Odile Rousseau.

Présentation de l'éditeur :

Traversé par une crise existentielle, le commissaire Ricciardi se sent découragé face à la vie. Le bonheur lui semble aussi insaisissable que les indices du crime sur lequel il doit néanmoins enquêter. La belle et hautaine Bianca, comtesse de Roccaspina, implore Ricciardi de rouvrir une affaire classée. Dans l'atmosphère tendue de l'Italie des années 1930, où Mussolini et ses voyous fascistes surveillent la police de près, une enquête non autorisée est un motif de licenciement immédiat. mais la soif de justice de Ricciardo ne connaît pas d'apaisement. 



Nouvelle aventure du commissaire aux yeux étranges, Ricciardi dans sa Naples natale déambule, s'ennuie presque. Pour une fois, sa ville est plutôt calme. Le commissaire n'a aucune enquête alors quand une aristocrate ruinée entre dans son bureau et lui demande de reprendre une enquête, il s'empresse d'accepter.

Mais il doit le faire en secret et n'en parler à personne. Sauf à son fidèle adjoint Maione. 

La série du commissaire Ricciardi débute avec les quatre saisons (l'hiver du commissaire Ricciardi, le printemps, l'été et l'automne). Quatre romans qui ont été suivis par Le Noël du commissaire et Les Pâques du commissaire. Ils mettent tous en scène les mêmes personnages qui évoluent avec le temps. 

Après un été caniculaire dans L'enfer du commissaire Ricciardi, on le retrouve quelques mois plus tard. Les mêmes ingrédients qui ont fait le succès des autres livres sont bien présents. Il y a un peu d'actions, de l'humour, de la réflexion, une bonne intrigue et surtout des personnages extrêmement bien travaillés. Il faut dire que Ricciardi a lui seul vaut le détour. Tour à tour secret, maladroit, intriguant, puissant et si fragile, surtout avec les femmes. 

Dans ce nouvel épisode, le commissaire est déstabilisé, profondément triste par la mort de Rosa, sa gouvernante qui a passé sa vie à le servir. Il est perdu. D'autres femmes lui tournent autour. A commencer par la belle et riche Livia avec qui il entretient une étrange relation. Et puis il y a Enrica qui en pince pour lui. Mais lui, quels sont ses sentiments ? 

Et puis, il y a aussi cet aristocrate ruiné qui s'est accusé d'un meurtre qu'il n'a pas commis et dont la femme  demande à Ricciardi de le sauver. 

Tout ceci est bien mystérieux d'autant qu'il ne faut pas oublier le contexte de l'époque. Nous sommes dans l'Italie fasciste et l'ombre du Duce est partout. 

J'ai beaucoup aimé ce nouveau roman de Maurizion De Giovanni pour toutes ces raisons et aussi car il est un formidable conteur. Son écriture est subtile et poétique. Le lecteur se trouve bien vite embarqué dans sa prose. C'est du haut niveau. 

Les phalènes du commissaire Ricciardi, disponible aux éditions Rivages. 


Commentaires

Articles les plus consultés