Articles

Bobby Mars forever, Alan Parks, Editions Rivages

Image
 Bobby Mars forever Alan Parks Traduit de l'anglais (Ecosse) par Olivier Deparis.  Présentation de l'éditeur : Glasgow ne connaît pas de répit en cette année 1973. C'est l'été et tout le monde ne parle que d'une chose : l'enfant de la ville, le rocker Bobby Mars est mort d'une overdose dans un hôtel. Pourtant, l'inspecteur Harry McCoy de la Criminelle a d'autres préoccupations : la petite Alice Kelly, 13 ans, a disparu. Et comme si cela ne suffisait pas, Murray, le supérieur de Harry, le charge officieusement de retrouver sa nièce, une adolescente rebelle qui a de mauvaises fréquentations. McCoy voit bien sûr un lien entre les deux disparitions, et dans ce type d'affaire, chaque minute compte.  Mon avis :  Bobby Mars forever est le troisième volet des aventures de McCoy, après Janvier noir et l'enfant de février, publiés également chez Rivages.  On retrouve McCoy là où Alan Parks l'avait laissé dans le précédent roman, mal en point mais p

The good Girls, un meurtre ordinaire, Sonia Faleiro, Editions Marchialy.

Image
 The Good Girls, un meurtre ordinaire Sonia Faleiro Traduction : Nathalie Peronny Présentation de l'éditeur :   Un soir de mai 2014, dans un petit village du nord de l'Inde, deux adolescentes, amies et cousine, sortent faire un tour dans les champs à proximité de leur maison. Elles ne reviendront jamais. A l'aube, leurs corps sont retrouvés pendus dans le verger derrière chez elles? Que s'est-il réellement passé durant ces quelques heures ? La vérité semble moins importante pour leur famille et les habitants de ce village que la rumeur qui enfle déjà. Il faut sauver l'honneur, à tout prix.  A partir de ce fait divers glaçant, Sonia Faleiro raconte les mécanismes d'une société très hiérarchisée où la femme n'est jamais maître de son destin. Grâce à une enquête minutieuse, elle parvient à rétablir la vérité occultée et à écouter  ce que ces deux  jeunes femmes ont à nous dire.  Mon avis :  Waouh ! Quelle plongée dans l'Inde moderne et pourtant encore tell

Souvenirs de la Kolyma, Varlam Chalamov, Editions Verdier, Slovo.

Image
 Souvenirs de la Kolyma Varlam Chalamov Traduit du russe par Anne-Marie Tatsis-Botton avec la collaboration de Luba  Jurgensen. "En quelle langue parler au lecteur ?" Souvenirs de la Kolyma est un cycle de textes écrits par Varlam Chalamov dans les années soixante-dix, soit une vingtaine d'années après sa libération des camps et son retour. Ils sont complétés par des évocations de ses contemporains, écrivains ou poètes, comme Pasternak, ainsi que par une étrange liste de 1961 qui énumère avec une sécheresse poignante ce qu'il a "vu et compris dans les camps".  Ces souvenirs, comme les récits de la Kolyma, transmettent la réalité par fragments et s'interrogent avant tout sur ce que peut la langue et ce qu'est la mémoire.  "J'essaierai de restituer la suite de mes sensations -je ne vois que ce moyen de préserver l'authenticité de la narration. Tout le reste (pensées, paroles, descriptions de paysages, citations, raisonnement, scènes de la

Le vestibule des lâches, Manfred Kahn, Editions Rivages/noir

Image
  Le vestibule des lâches Manfred Khan  Présentation de l'éditeur Depuis deux ans, Victor vit reclus dans un hameau isolé accroché au flanc de la montagne. Un soir, alors qu'il revient d'un court séjour dan la ville voisine, il retrouve son chien baignant dans une mare de sang sur le sol de sa cuisine. Ils ait qu'il s'agit d'un message. Un message que lui adresse Charles, l'homme qui règne sur la Vallée, un chasseur qui n'hésite jamais à égorger le gibier blessé. Le mari de Josépha. Victor et Josépha ont transgressé les règles. mais Victor n'a que faire des règles, elles sont mortes avec lui, une première fois, dans une existences précédente. Josépha, elle, est pleine de vie, de désir mêlé à la peur. Entre la vie et la mort, ces trois êtres liés par le destin vont devoir choisir.  Que fait Victor, cet homme énigmatique et solitaire, dans cette Vallée reculée ? Lui qui vient de la ville et qui n'a rien à faire ici. Pourtant, cette Vallée, il l'

Le carré des indigents, Hugues Pagan, Rivages/Noir

Image
 Le Carré des indigents Hugues Pagan Editions Rivages Présentation de l'éditeur : Novembre 1973. L'inspecteur principal Claude Schneider revient dans la ville de sa jeunesse après un passage par l'armée et la guerre d'Algérie dont il ne s'est pas remis. Il aurait pu rester à Paris et y faire carrière, mais il a préféré revenir "chez lui". Nommé patron du Groupe Criminel, il ne tarde pas à être confronté à une douloureuse affaire : Betty, la fille d'un modeste cheminot, qui était partie rendre des livres à la bibliothèque, n'est pas rentrée. Son père est convaincu qu'elle est morte. Schneider aussi. Schneider est flic, et pourtant il n'arrive toujours pas à accepter la mort. Surtout celle d'une adolescente de 15 ans au visage de chaton espiègle. Il parviendra à faire la lumière sur cette affaire, mais continuera de voyager au pays des ombres.  "La nuit, la Ville l'attendrait avec ses lumières et ses grands bras glacés. Elle vien

Le dernier Afghan, Alexeï Ivanov, Rivages/noir

Image
  Le dernier Afghan Alexeï Ivanov Traduction : Raphaëlle Pache Présentation de l'éditeur :  On les appelle les Afghans. Laissés pour compte après la défaite d'Afghanistan, ces jeunes vétérans russes traînent une réputation de brutes et d'alcooliques. Au début des années 1990, le charismatique Sergueï Likholietov décide de créer une union d'anciens combattants dans la métropole de Batouïev. Guerman Nievoline, modeste chauffeur de l'organisation et ami de Sergueï, veut rester fidèle aux valeurs fraternelles de son commandant. Mais leurs actions violentes et la corruption qui gangrène la ville détruiront ses dernières illusions. Pour échapper à son destin, Guerman tentera l'impossible : dérober l'argent de l'union et disparaître avec la seule femme qu'il ait jamais aimée.  Fresque historique de la Russie post-soviétique, cette saga criminelle retrace le sort de héros ordinaires cherchant à sauver leurs idéaux dans un monde dépourvu de fraternité.  Tout

Voyage au bout de l'enfer, Florent Marotta, Editions Cosmopolis.

Image
  Voyage au bout de l'enfer Florent Marotta Présentation de l'éditeur : Lucie, capitaine de police, est jetée dans le grand bain dès sa prise de commandement à la PJ de Lyon. Sa première enquête va la renvoyer face à ses propres démons et il faudra toute l'implication de son équipe pour déjouer la machination implacable qui s'est mise en place.  C'est le début de son voyage terrifiant, une piste d'ésotérisme et de sang, jusqu'au bout de l'Enfer.  Mon avis :   Incursion dans le monde du thriller, genre à mon avis oh combien casse gueule (pardonnez moi l'expression) pour Florent Marotta que j'avais eu l'occasion de lire à deux reprises déjà (Le meurtre d'O Doul Bridge, Le Visage de Satan, éditions Taurnada) et que j'avais bien aimé.  Pour ce Voyage au bout de l'enfer, je suis plus mitigé. Il y a dans ce thriller du bon et du moins bon. De l'original et du cliché. De l'inattendu et du prévisible.  Il y a de la modernité et du