Articles

Une petite société, Noëlle Renaude, Rivages

Image
  Une petite société Noëlle Renaude Présentation de l'éditeur :  Tom, jeune handicapé mental, vit sous la tutelle d'une prétendue veuve et d'un homme à tout faire dans une grande demeure mal entretenue. Son père, homme d'affaires anglais, s'est suicidé une nuit dans la bibliothèque. Quand Tom, travaillé par ses pulsions sexuelles, tente d'enlever la fille prépubère des voisins, les regards convergent vers l'étrange maisonnée, qu'observe depuis longtemps déjà la comptable de l'usine d'en face. Assistante sociale, flics, détectives, voisins, badauds, tous semblent avoir leur petite idée sur ce que cachent les grilles de la maison en haut de sa pelouse.  Mon avis :  Tout commence par une nuit venteuse d'avril. Tous s'échappe de chez lui, court dans la rue, est ramené chez lui par des passants qui découvre un cercle familial bien étrange.  Autant le dire tout de suite, Une petite société est un roman que j'ai eu beaucoup de mal à  lire. I

La cellule, Soren Seelow, Kévin Jackson, Nicolas Otero, Editions les Arènes

Image
  La Cellule Soren Seelow, Kévin Jackson, Nicolas Otero Présentation de l'éditeur : Voici l'histoire de la cellule terroriste qui a organisé l'assassinat de 130 personnes au Bataclan, sur des terrasses de café parisien et devant le stade de France le 13 novembre 2015. Abdelhamid Abaaoud, djihadiste belge membre de l'état islamique, est l'un des responsables de cette cellule. Plusieurs mois avant les attentats, il est identifié comme une menace importante par les services de renseignements. S'engage alors une course contre la montre pour tenter de le localiser, de le neutraliser et d'intercepter ses commandos. Dans cette reconstitution extrêmement documentée, le journaliste Soren Seelow raconte l'histoire de cette traque et retrace, jour après jour, la préparation de ces attentats, depuis leur conception en Syrie jusqu'à l'infiltration des terroristes en Europe. N'hésitez pas à cliquer pour découvrir le prix France Info de la BD  :  Pour aller

Dopamine, Patrick Bard, Editions Syros.

Image
DOPAMINE Patrick Bard  QUI AURAIT PU DIRE QU'ILS ETAIENT CAPABLES DE TUER ?  Editions Syros 208 pages.  Présentation de l'éditeur : Février 2021, le corps d'une jeune fille de quatorze ans est retrouvé dans la Marne. Ses meurtriers, identifiés très vite, sont deux camarades de classes. Une fille et un garçon qui ne semblent pas conscients de la gravité de leur acte et invoquent des mobiles inconsistants. Entre addiction aux écrans, haine déversée sur les réseaux sociaux, harcèlement et calomnie, le juge d'instruction chargé de l'affaire décide de décrypter coûte que coûte la mécanique de l'impensable.  Mon avis :  Un fait divers glaçant. Le meurtre d'une adolescente par deux camarades. A partir de cette histoire Patrick Bard nous raconte comment Emma et Enzo, deux jeunes en perdition, ont pu commettre l'irréparable. A travers des chapitres courts, chacun centrés sur un personnage, il nous dévoile une mécanique implacable dans laquelle les deux adolescent

Bobby Mars forever, Alan Parks, Editions Rivages

Image
 Bobby Mars forever Alan Parks Traduit de l'anglais (Ecosse) par Olivier Deparis.  Présentation de l'éditeur : Glasgow ne connaît pas de répit en cette année 1973. C'est l'été et tout le monde ne parle que d'une chose : l'enfant de la ville, le rocker Bobby Mars est mort d'une overdose dans un hôtel. Pourtant, l'inspecteur Harry McCoy de la Criminelle a d'autres préoccupations : la petite Alice Kelly, 13 ans, a disparu. Et comme si cela ne suffisait pas, Murray, le supérieur de Harry, le charge officieusement de retrouver sa nièce, une adolescente rebelle qui a de mauvaises fréquentations. McCoy voit bien sûr un lien entre les deux disparitions, et dans ce type d'affaire, chaque minute compte.  Mon avis :  Bobby Mars forever est le troisième volet des aventures de McCoy, après Janvier noir et l'enfant de février, publiés également chez Rivages.  On retrouve McCoy là où Alan Parks l'avait laissé dans le précédent roman, mal en point mais p

The good Girls, un meurtre ordinaire, Sonia Faleiro, Editions Marchialy.

Image
 The Good Girls, un meurtre ordinaire Sonia Faleiro Traduction : Nathalie Peronny Présentation de l'éditeur :   Un soir de mai 2014, dans un petit village du nord de l'Inde, deux adolescentes, amies et cousine, sortent faire un tour dans les champs à proximité de leur maison. Elles ne reviendront jamais. A l'aube, leurs corps sont retrouvés pendus dans le verger derrière chez elles? Que s'est-il réellement passé durant ces quelques heures ? La vérité semble moins importante pour leur famille et les habitants de ce village que la rumeur qui enfle déjà. Il faut sauver l'honneur, à tout prix.  A partir de ce fait divers glaçant, Sonia Faleiro raconte les mécanismes d'une société très hiérarchisée où la femme n'est jamais maître de son destin. Grâce à une enquête minutieuse, elle parvient à rétablir la vérité occultée et à écouter  ce que ces deux  jeunes femmes ont à nous dire.  Mon avis :  Waouh ! Quelle plongée dans l'Inde moderne et pourtant encore tell

Souvenirs de la Kolyma, Varlam Chalamov, Editions Verdier, Slovo.

Image
 Souvenirs de la Kolyma Varlam Chalamov Traduit du russe par Anne-Marie Tatsis-Botton avec la collaboration de Luba  Jurgensen. "En quelle langue parler au lecteur ?" Souvenirs de la Kolyma est un cycle de textes écrits par Varlam Chalamov dans les années soixante-dix, soit une vingtaine d'années après sa libération des camps et son retour. Ils sont complétés par des évocations de ses contemporains, écrivains ou poètes, comme Pasternak, ainsi que par une étrange liste de 1961 qui énumère avec une sécheresse poignante ce qu'il a "vu et compris dans les camps".  Ces souvenirs, comme les récits de la Kolyma, transmettent la réalité par fragments et s'interrogent avant tout sur ce que peut la langue et ce qu'est la mémoire.  "J'essaierai de restituer la suite de mes sensations -je ne vois que ce moyen de préserver l'authenticité de la narration. Tout le reste (pensées, paroles, descriptions de paysages, citations, raisonnement, scènes de la

Le vestibule des lâches, Manfred Kahn, Editions Rivages/noir

Image
  Le vestibule des lâches Manfred Khan  Présentation de l'éditeur Depuis deux ans, Victor vit reclus dans un hameau isolé accroché au flanc de la montagne. Un soir, alors qu'il revient d'un court séjour dan la ville voisine, il retrouve son chien baignant dans une mare de sang sur le sol de sa cuisine. Ils ait qu'il s'agit d'un message. Un message que lui adresse Charles, l'homme qui règne sur la Vallée, un chasseur qui n'hésite jamais à égorger le gibier blessé. Le mari de Josépha. Victor et Josépha ont transgressé les règles. mais Victor n'a que faire des règles, elles sont mortes avec lui, une première fois, dans une existences précédente. Josépha, elle, est pleine de vie, de désir mêlé à la peur. Entre la vie et la mort, ces trois êtres liés par le destin vont devoir choisir.  Que fait Victor, cet homme énigmatique et solitaire, dans cette Vallée reculée ? Lui qui vient de la ville et qui n'a rien à faire ici. Pourtant, cette Vallée, il l'