Bobby Mars forever, Alan Parks, Editions Rivages

 Bobby Mars forever
Alan Parks


Traduit de l'anglais (Ecosse) par Olivier Deparis. 

Présentation de l'éditeur :

Glasgow ne connaît pas de répit en cette année 1973. C'est l'été et tout le monde ne parle que d'une chose : l'enfant de la ville, le rocker Bobby Mars est mort d'une overdose dans un hôtel. Pourtant, l'inspecteur Harry McCoy de la Criminelle a d'autres préoccupations : la petite Alice Kelly, 13 ans, a disparu. Et comme si cela ne suffisait pas, Murray, le supérieur de Harry, le charge officieusement de retrouver sa nièce, une adolescente rebelle qui a de mauvaises fréquentations. McCoy voit bien sûr un lien entre les deux disparitions, et dans ce type d'affaire, chaque minute compte. 


Mon avis : 

Bobby Mars forever est le troisième volet des aventures de McCoy, après Janvier noir et l'enfant de février, publiés également chez Rivages. 

On retrouve McCoy là où Alan Parks l'avait laissé dans le précédent roman, mal en point mais prêt à repartir dans de nouvelles enquêtes. McCoy est toujours sur le fil du rasoir. Sa vie sentimentale est toujours instable et ses amitiés toujours soumises à caution notamment avec son ami chef de la pègre. J'avais déjà beaucoup aimé ce personnage dans Janvier Noir et L'enfant de février mais ici, McCoy prend encore de l'ampleur. Instable et équitable, féru de justice, loyal mais parfois violent, piccolo, porté sur la drogue. McCoy est insaisissable. 

Tous les ingrédients qui ont fait la réussite des deux premiers ouvrages sont à nouveau réunis ici. De l'action, des dialogues percutants, des personnages intéressants et une intrigue principale autour de laquelle d'autres drames se nouent. 



L'histoire démarre à Glasgow avec la découverte du corps de Bobby Mars dans sa chambre d'hôtel, un chanteur de rock déchu. Puis, McCoy est envoyé sur une série de cambriolages, enfin, il est officieusement chargé par son patron d'enquêter sur la disparition de sa nièce. 

Parallèlement, son pire ennemi l'inspecteur Raeburn a été promu et a décidé de lui faire la misère. Il faudra toute la patience et son sang-froid pour ne pas exploser. 

Les enquêtes de McCoy vont aussi l'amener en Irlande avec la présence de l'IRA. Et oui, nous sommes en 1973 et cette organisation terrorise les politiques et la population. Mais jusqu'où est-elle impliquée ? McCoy ne met-il pas les pieds dans un bourbier qui le dépasse ? 

A l'instar de James Ellroy à Los Angeles, de David Peace et son quator du Yorkshire, de Dennis Lehane à Boston, Alan Parks est l'écrivain de Glasgow. Il dépeint cette ville avec une noirceur extrême, ouvrière et prolètaire, industrielle et pauvre. Une ville éloignée des cartes postales, avec ses quartiers à l'abandon, loin des préoccupations des politiques et des circuits touristiques, qui fait la part belle aux gens modestes. Pour autant, nous ne sommes pas là en présence d'un polar social. Alan Parks décrit aussi les luttes intestines dans la police, les jalousies, les coups bas. Il ne fait pas dans la douceur. 


Je ne peux donc que vous recommander ce Bobby Mars forever même si vous n'avez pas lu les deux premiers ouvrages d'Alan Parks. Bien sûr, il est plus intéressant de connaître les personnages qui prennent de l'ampleur à travers le temps mais les livres peuvent se découvrir indépendamment. 

Disponible aux éditions Rivages, que je remercie vivement. 



Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Le fleuve des brumes, Valerio Varesi, Agullo éditions

Minuit à Atlanta, Thomas Mullen, Rivages/noir

Noir d'Espagne, Philippe Huet, Rivages/Noir