Eblouis par la nuit, Jakob Zulczyk, Rivages/Noir

 Présentation de l'éditeur : 

Traduit du polonais par Kamil Barbarski

Jack est dealer de cocaïne à Varsovie. Solitaire, froid et cynique, il navigue entre les bas-fonds de la société et une clientèle huppée. A travers un monologue teinté de mélancolie, il nous entraîne dans la nuit varsovienne, ses discothèques à la mode et ses fêtes privées où s'affiche la jet set. Mais Jack rêve de partir en Argentine, et il rêve aussi de déluge : il voudrait voir la ville engloutie par les flots, ses bâtiments balayés, ses habitants noyés. Les choses s'aggravent lorsqu'un nouveau caïd apparaît dans le paysage, un gangster brutal et ingérable, tout juste sorti de prison, qui va rebattre les cartes. 



Je ne sais pas si la Pologne est à la mode mais après avoir visionné "Dans les bois", adaptation d'un roman d'Harlan Coben sur une plateforme de vidéo très connue, j'avais très envie de me plonger dans la nuit Varsovienne. Avec curiosité, j'ai donc suivi les traces de Jack, dealer solitaire, froid, méthodique, un brin parano et vraiment mais alors vraiment pas fun du tout. Il n'a pas (aucun) d'ami, pas de vice, ne picole pas, se drogue encore moins. Il a juste envie de partir quelques jours en vacances en Argentine. Mais partir va lui faire perdre de l'argent car chaque minute compte. Bon bref, c'est pas un mec drôle. 

J'avoue ne pas avoir été conquis par le récit de Jakob Zulcyk. Pourtant, force est de constater que l'auteur écrit plutôt bien. C'est même parfois poétique et on peut se laisser envahir facilement et je comprends les nombreux lecteurs qui ont aimé ce roman. 
Pour ma part, la mayonnaise n'a pas pris. J'avoue que j'ai éprouvé des difficultés à avancer dans ce long roman de 500 pages. Je n'ai pas du tout adhéré au personnage principal qui méprise les autres dealers, qui suit des valeurs personnelles mais qui n'est pas dérangé de vendre de la drogue, drogue qui cause des millions de morts dans le monde, rappelons-le. Bon ok, Jacek ne frappe jamais une femme. 
L'oxymore du titre ne m'a pas laissé de marbre mais m'a plutôt agacé. 

J'ai malgré tout aimé me transporter dans cette ville que je ne connais pas du tout. L'auteur décrit un monde de la nuit pas vraiment reluisant. Un monde glauque, violent, peuplé d'une faune rude. Un ville tournée vers le modernisme mais qui porte encore les stigmates de la période communiste. Un monde écartelé entre l'Est et l'Ouest. Un monde où tout est encore possible mais où les requins chassent en meute. 

Eblouis par la nuit est un roman complexe qui possède plusieurs grilles de lecture. Même si je n'ai pas aimé Jacek, j'ai été séduit par l'écriture de l'auteur que je serai heureux de retrouver sur d'autres romans. 

Merci aux éditions Rivages/noir. 


Commentaires

Articles les plus consultés