mercredi 22 janvier 2020

Ondes de choc, Jack O'Connell, Rivages.


A Quinsigamond, les fanatiques de radio se retrouvent au Wireless, un diner où leur mentor. G.T. Flynn abrite les partisans des ondes libres et deux factions de pirates du kilohertz : les Anciens et les Modernes. Sans oublier Ronnie, éternelle nomade à la voix inimitable qui anime l'émission Libido Live. Mais dans cette ville de tous les dangers rôde un ancien agent du FBI qui se croit investi d'une mission : allumer des bûchers pour châtier les nouveaux hérétiques. L'inspecteur Hannah Shaw va se lancer sur sa trace...
Ondes de choc est une tragédie sur le pouvoir et la liberté, centrée sur le monde de la radio. Elle obéit aux règles de l'unité de lieu (la ville de Quinsigamond, théâtre habituel des romans d'O'Connell) et de l'unité de temps : trois journées de folie, de bruit et de fureur.

Ce roman avait paru dans la collection Rivages/Thriller en 1994 sous le titre Mort sur les ondes. Le voici réédité aujourd'hui dans une nouvelle traduction.



Univers de radio pour cette réédition. Jack O Connell plonge ses lecteurs dans sa ville imaginaire Quinsigamond au coeur des pirates des ondes. On trouve ici toute une série de personnages plus torturés, plus énigmatiques, plus décalés les uns que les autres. 
L'auteur, un des préférés de James Ellroy (excusez du peu !) nous ballade dans une ville qui pourrait tout aussi être New-York que Los Angeles avec ses quartiers, ses bandes, ses gangs, ses boîtes de nuit et ses tueurs. 
Speer, ex-agent du FBI, s'est improvisé chevalier-vengeur, redresseur de tort mais qui n'a toujours pas digéré son divorce et qui continue à écrire des lettres culpabilisantes à son ex-femme.
Ronnie, animatrice adorée de libido live, la seule dont l'émission n'est pas piratée, est énigmatique. 
Wallace, le nain précurseur des pirates, dont le rôle hélas s'amenuise au cours du roman.
Flynn, genre de parrain du Wireless, que tout le monde vient voir pour régler les problèmes.
Hannah, la flic, parfois brutale, qui tente d'oublier son mentor Lenore et qui crée des alliances, pas forcément pertinente d'ailleurs. 
Hazel, la pirate qui veut son autonomie mais qui rame pour y parvenir. 
 
Tout ce petit monde se côtoie à Quinsigamond. Cela fait de bonnes séquences, parfois drôles ou cocasses, parfois plus effrayantes. Certaines scènes sont tout simplement jouissives et même si le tout peu manquer de rythme à certains moments, on prend plaisir à suivre cette kyrielle de "bras cassés". 

Ondes de choc est disponible aux éditions Rivages que je tiens par ailleurs à remercier pour cette (re)découverte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire