dimanche 3 janvier 2016

Les enfants de l'eau noire, Joe R Lansdale; Denoël.


Texas, années 1930. Élevée dans la misère au bord de la Sabine, qui s’écoule jusqu’aux bayous de Louisiane, May Linn, jolie fille de seize ans, rêve de devenir star de cinéma. Un songe qui s’achève brutalement lorsqu’on repêche dans le fleuve son cadavre mutilé. Ses jeunes amis Sue Ellen, Terry et Jinx, en rupture familiale, décident alors de l’incinérer et d’emporter ses cendres à Hollywood. May Linn ne sera jamais une star, mais au moins elle reposera à l’endroit de ses rêves… 
Volant un radeau mais surtout le magot d’un hold-up, la singulière équipe s’embarque dans une périlleuse descente du fleuve, le diable aux trousses. Car non seulement l’agent Sy, flic violent et corrompu, les pourchasse, mais Skunk, un monstre sorti de l’enfer, cherche à leur faire la peau. Quand vous décidez de faire vôtres les rêves d’un autre, ses pires cauchemars peuvent aussi profiter du voyage…


Petite odyssée sympathique digne des aventures de Tom Sawyer (aux reflets bien plus sombres) que ce roman de J.R. Lansdale, publié en 2012 aux USA. L’histoire nous est contée par Sue Ellen, une jeune adolescente qui doit faire face à un père violent et pervers, un être qu’elle craint plus que tout et qu’elle fait tout pour esquiver. Sue Ellen fait partie d’un groupe d’amis composé également de Jinx, Terry et May Linn… Le corps de cette dernière, dont le rêve est de quitter sa région natale pour rejoindre Hollywood et devenir une actrice, est retrouvé au fond de l’eau lors d’une sortie de pêche, attaché à une machine à coudre… Alors que la jeune May Linn est enterrée dans l’indifférence la plus totale, les trois amis restant mènent l’enquête et découvrent non sans mal un trésor caché, une somme d’argent qui donne la trame de ce roman : amener May Linn à Hollywood après l’avoir incinérée et réaliser ainsi son rêve à titre posthume. C’est le début d’une aventure folle pour la troupe qui va les conduire d’embûches en embûches, poursuivie qui plus est par des adultes violents au courant de la somme d’argent retrouvée… Un roman également teinté légèrement de fantastique avec la présence de Skunk, créature sanguinaire ayant son repère dans la forêt longeant la Sabine, personnage à part entière des « Enfants de l’eau noire ». 
L’histoire se déroulant dans les années 30, nous avons droit à tout ce que cela implique : différences raciales, position de la femme par rapport à l’homme dans la société et au sein du foyer familial, notion de l’argent alors que la crise économique a frappé les USA, homosexualité, etc… 
C’était le premier livre de Lansdale que je lisais et je l’ai fortement apprécié, l’histoire faisant la part belle aux situations dangereuses et nombreux rebondissements qui s’enchainent. Mention spéciale au personnage de Jinx que j’ai adoré, une jeune fille au caractère bien trempé, qui n’a pas froid aux yeux et a de la répartie ! 
Un bémol peut-être sur la fin que j’aurais souhaitée différente. Sinon, le quatrième de couverture dévoile trop de choses selon moi, certains faits auraient pu ne pas être annoncés avant même d’entamer le livre !


Ben

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire