dimanche 17 mai 2015

Faux en écriture, James M Cain, Folio

Dave Bennett s'éprend de la séduisante Sheila, la femme d'un des employés de la banque qu'il dirige. Mais le mari de la belle semble avoir détourné quelques milliers de dollars... Partagé entre sa passion pour Sheila et la peur d'être le dupe d'un couple d'escrocs, Dave est entraîné dans un jeu dangereux qui va décider de son avenir.


Mon premier Cain et probablement pas le dernier. Un court roman (136 pages) qui se dévore en quelques heures. Une intrigue bien ficelée autour de trois personnages centraux : Sheila, Dave et Brent. Une question en filigrane : jusqu'où peut on aller par amour ? Tout au long du livre, Dave qui s'est épris de la femme d'un de ses collègues dont il vient d'apprendre les malversations va osciller entre l'amour et ...la suspicion. Sheila, la belle Sheila, femme providentielle ou complice de son escroc de mari ? Dave est-il le bon pigeon qu'il pense parfois être? 
Dans ce texte qui a un peu vieilli, on fait fi des techniques bancaires ou de celles utilisées par la police, pour s'attarder sur le piège mis en place minutieusement par Brent. Piège qui se referme inexorablement sur Dave sans qu'il puisse faire demi-tour. 
Le texte est bien écrit et James Cain ne se perd pas dans d'inutiles descriptions. Il reste soft et subtil. La scène dans le coffre-fort est rocambolesque et peu probable mais la tension est bien présente. 
La fin est un peu trop douce à mon goût mais c'était peut-être pour ménager les lecteurs de l'époque. Une belle découverte. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire