jeudi 26 mars 2015

Le pistolero, Stephen King

" L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait... " Ce Pistolero, c'est Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d'un monde qui a changé et dont il cherche à inverser la destruction programmée. Pour ce faire, il doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront vers la Tour Sombre, à la croisée de tous les temps et de tous les lieux. Roland surmontera-t-il les pièges diaboliques de cette créature? A-t-il conscience que son destin est inscrit dans trois cartes d'un jeu de tarot bien particulier ? Le Pistolero devra faire le pari de le découvrir, et d'affronter la folie et la mort. Car il sait depuis le commencement que les voies de la Tour Sombre sont impénétrables...



 L'homme en noir fuyait à travers le désert, et le Pistolero le suivait... " Ce Pistolero, c'est Roland de Gilead, dernier justicier et aventurier d'un monde qui a changé et dont il cherche à inverser la destruction programmée. Pour ce faire, il doit arracher au sorcier vêtu de noir les secrets qui le mèneront vers la Tour Sombre, à la croisée de tous les temps et de tous les lieux. Roland surmontera-t-il les pièges diaboliques de cette créature? A-t-il conscience que son destin est inscrit dans trois cartes d'un jeu de tarot bien particulier ? Le Pistolero devra faire le pari de le découvrir, et d'affronter la folie et la mort. Car il sait depuis le commencement que les voies de la Tour Sombre sont impénétrables... 

Premier tome de « La Tour Sombre » (série en huit tomes de Stephen King), ce livre a été écrit au début des années 1980 avant d’être revu et corrigé au début des années 2000 afin de rendre l’histoire et le personnage principal plus cohérents avec les sept tomes suivants. 

Roland, pistoléro et personnage principal du roman, est un cow-boy solitaire, suivant la trace d’un « Homme en noir » bien mystérieux… Le paysage traversé par Roland ressemble au bon vieux Far West des meilleurs Sergio Leone…sauf que celui-ci semble être plongé dans une ambiance post-apocalyptique. 
Durant cette poursuite, cette longue traversée du désert, Roland fait diverses rencontres qui marqueront son existence : tout d’abord son passage à Tull, petite ville paisible qui connaîtra un surplus d’action que n’aurait pas renié ce bon vieux Clint Eastwood. On notera également la rencontre avec Brown, un fermier solitaire et son corbeau Zalto, mais également, plus tard, celle d’un jeune garçon, Jake. L’apparition de ce personnage nous fait plonger dans l’univers fantastique du roman puisque Jake a vécu dans notre monde (on reconnaît bien New York dans la description des souvenirs du jeune garçon) mais vit désormais dans ce monde parallèle au sein duquel sont plongés Roland et « l’Homme en noir ». 

Etant fan de westerns, je ne pouvais que donner un coup de chance à « La Tour Sombre », œuvre majeur de Stephen King, selon l’auteur lui-même. Ce premier tome permet de plonger dans l’histoire et de présenter celui qui sera le personnage principal de cette quête. J’ai particulièrement aimé le début du roman en étant par la suite un peu désarçonné par l’arrivée de Jake dans le roman, l’écriture connaissant quelques flashs de fantastique qu’il m’a fallu ‘’digérer’’. La fin du premier tome et la longue course poursuite engagée avec « l’Homme en noir » permettent de tenir le lecteur en haleine et donnent envie de poursuivre l’aventure aux côtés de Roland. Ne manquez pas non plus la préface du King qui donne un avis objectif sur sa « Tour Sombre ». 

Mon conseil ? Même si, contrairement à moi, vous ne deviez pas accrocher à ce premier tome, essayez de persévérer avec les suivants car l’épopée de Roland s’annonce grandiose. Et les retours de fans de la série ont l’air unanime à ce sujet : l’histoire monte en puissance au fil des tomes ! Suite au prochain épisode Wink 

Ben

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire