vendredi 30 janvier 2015

La catin habite au 21, Hervé Sard, éditions la Baleine (Le Poulpe)

À Sainte-Mère-des-Joncs, près de Nantes, une jeune prostituée disparaît dans la plus profonde indifférence des autorités, trop occupées à gérer les tensions liées au projet de construction de l’aéroport du Grand-Ouest. Les raisons du meurtre ? Le Poulpe va les chercher en terres armoricaines..



Pour mon premier Poulpe, j'ai choisi Hervé Sard et je ne pense pas m'être trompé. Un délice ! L'auteur s'est bien approprié le cahier des charges imposé par la maison d'éditions pour construire son intrigue autour de la disparition d'une prostituée et de la construction d'un aéroport qu'on pourrait situer dans l'ouest de la France mais dont on taira le véritable nom...
Bien sûr le titre du roman fait inévitablement penser au film de Clouzot sorti en 1942 lui même inspiré du roman de Steeman en 1939. 
Et comme dans le livre de Steeman, les personnages qu'on va rencontrer sont très bien dessinés et sont même truculents comme la Zinette, affairée à son hôtel ou le voyant aveugle et cul-de jatte (rien que ça !) sans oublier Gabriel et son goût pour la bière, la vraie, la bonne. La Leffe ou l'Eku qu'il déguste sans modération. 
Les débuts de chaque chapitre permettent à l'auteur de dénoncer certaines dérives de la société moderne. Hervé Sard s'en donne à coeur joie et en profite pour se moquer notamment des agences immobilières ou encore pour plonger dans des jeux de mots habiles et utiliser avec parcimonie des termes argotiques qu'il doit tenir de ses lectures policières des années 80 (simple conjecture de ma part). Ce clin d'oeil est particulièrement réussi d'ailleurs et colle bien au reste du récit. 
L'intrigue en elle-même est simple mais la façon dont Hervé Sard déroule son écheveau la rend passionnante. 
Je dois avouer que j'ai été très surpris par la fin et permet de refermer ce livre avec un sourire aux lèvres.
Pour conclure, La catin habite au 21 est un excellent Poulpe à mettre entre toutes les mains gourmandes de belle écriture. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire