jeudi 18 décembre 2014

L'oeuf de dragon, George RR Martin, Pygmalion

Parce que Terre du noir ne se cantonne pas qu'aux polars, Ben chronique L'oeuf de Dragon :

Quatre-vingt-dix ans avant les péripéties du « Trône de Fer », Aegon, de la lignée royale, surnommé l'Oeuf, court les routes incognito comme écuyer d'un chevalier errant, Dunk. Au hasard des chemins, le duo se voit convié par le fringant Jehan le Ménétrier à participer à un tournoi richement doté qui sera le clou des noces de lord Beurpuits. Au champion ira le grand prix, un inestimable Oeuf de dragon. Mais il apparaît bientôt que les noces et le tournoi sont un nid d'intrigues et d'ambitions, petites et grandes, et qu'une prophétie annonce de grands événements.

De fait, après la rébellion, les partisans de Deamon Feunoyr, qui a chassé quelques années plus tôt la fine fleur des chevaliers en exil de l'autre côté de la mer, fomentent une nouvelle conspiration. Certains souhaitent déposer le souverain légitime pour installer leur propre prétendant. À leur corps défendant, Dunk et l'Oeuf se retrouvent au coeur du complot.



Vous avez découvert « Game of Thrones » (ou « Le Trône de Fer » en version française) grâce à la série tv éponyme diffusée par HBO ? Depuis, vous vous êtes penchés sur les livres de George R. R. Martin ? Ce dernier livre sorti en France durant l’été est alors un incontournable pour vous puisqu’il vous permet d’en connaître un peu plus sur les ancêtres des Daenerys Targaryen, Robert Baratheon, etc… 

Cette courte histoire (moins de 200 pages), à l’image des intégrales (1000 pages en moyenne) est complexe à suivre sans une certaine concentration du lecteur à cause du très grand nombre de personnages prenant part au roman. Les clans semblent interminables et il n’est pas facile de mettre le nom d’un personnage sur telle ou telle famille. La trame de l’histoire, qui se déroule quatre-vingt-dix ans avant celle décrite dans « Game of Thrones », est celle des aventures du chevalier errant ‘’Duncan’’ (alias Dunk) et de son jeune écuyer ‘’l’Œuf’’. 

Dunk et l’Œuf, initialement en partance pour rejoindre la famille des Starks et Winterfell, sont interceptés en chemin par une troupe de chevaliers qui leur apprennent qu’un tournoi de joutes a lieu en honneur du mariage du Lord Beurpuits, l’ancienne main du roi Aegon IV Targaryen. Un tournoi qui permettrait non seulement de remporter de l’argent pour rejoindre le Nord mais également un œuf de Dragon en récompense au vainqueur final. On apprend à cette occasion que l’Œuf, malgré son statut d’écuyer, possède un œuf de Dragon comme ses frères… 

Le roman nous fait vivre alors le tournoi ainsi qu’un mystère autour de l’œuf mis en jeu. « L’œuf de dragon » met bien en lumière les jeux de pouvoirs, les alliances du « monde antique » afin de permettre de garder un semblant de tranquillité dans le royaume. On assiste alors à toutes sortes de manipulations, conspirations voire corruption afin que le « destin » suive son cours… 

Une lecture que je conseille aux fans de la série tv même s’il faut s’accrocher pour ne pas s’y perdre avec le nombre incalculable de noms de familles différents lus au cours du roman. Même en possédant une connaissance certaine de l’histoire, on arrive à s’y perdre, c’est pour moi la faiblesse (tout en étant une force) majeure de tous les romans de George R. R. Martin sur cette aventure. Une complexité qui peut décourager de nombreux lecteurs. Quoiqu’il en soit, ce livre reste plaisant à lire et le duo Dunk/Œuf fonctionne à merveille. Je conseille toutefois les deux premiers tomes de la série « Duncan/L’Œuf » afin de ne pas connaitre de temps d’adaptation au roman comme ça a été le cas pour moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire