vendredi 24 mai 2013

Le tueur se meurt, James Sallis, Rivages.

 À Phoenix, Arizona, Chrétien, un tueur à gages en fin de vie, cherche celui qui a tiré sur l'homme qu'il était chargé d'abattre. Aidé de son coéquipier Graves, le policier Sayles enquête sur le meurtre avorté, mais l'affaire semble peu à peu lui échapper. Pendant ce temps, Jimmie, jeune garçon d'une dizaine d'années, vit seul dans la maison où ses parents l'ont abandonné et tente de survivre grâce au commerce sur Internet.
Ces trois personnages que tout sépare vont se trouver réunis par les circonstances, la communication sur la Toile et... leurs rêves qui se mêlent à la réalité de leur quotidien de manière troublante.

"Sallis explore magnifiquement les motivations et les pensées de ses personnages." (Publishers Weekly)



James Sallis, qui s'est fait connaître grâce à l'adaptation brillante de son premier roman "Drive", est un auteur difficilement classable. Il entre dans cette catégorie d'écrivains talentueux qui mélangent aisément et sans complexe les styles. Mi-polar mi roman noir, "Le tueur se meurt" navigue à travers plusieurs personnages qui chacun à leur tour tentent de survivre.
Jimmie, le jeune garçon abandonné par ses parents paie ses factures grâce au commerce sur internet.
Sayles, le flic génial mais dont la femme est gravement malade, tourne sur lui-même, vit avec les fantômes d'une vie qu'on imagine heureuse.
Chrétien, le tueur à gages rongé lui aussi par une maladie incurable et par ses vieux démons qui prennent racine au Vietnam.
Chrétien qui lui aussi se perd dans les méandres de la Toile pour essayer de découvrir qui a salopé le travail pour lequel il avait été payé. Un tueur qui se fait doubler par un autre, ça c'est original.

Les chapitres courts alternent les différents points de vue et nécessitent, sans précision de l'auteur, une réflexion de la part du lecteur qui ne sait donc jamais qui parle. cette gymnasique demande donc une certaine concentration.
Les personnages se perdent dans leurs rêves et cauchemars tout au long de ce récit. James Sallis excelle dans l'exploration du cortex humain et même si l'action n'est pas vraiment au rendez-vous ( ceux qui s'attendent à un roman qui déroule à 100 km/h vont être déçus), la recette prend bien et le lecteur se trouve happé rapidement. On en revient même à oublier l'intrigue en elle même.
Du moins, c'est ce que moi, j'ai ressenti. Jusqu'à la fin étonnante et prévisible à la fois, classique et originale à la fois. C'est sans doute la force de l'auteur qui réussit à manier les contradictions.
Le tueur se meurt est disponible ici :
http://www.payot-rivages.net/livre_Le-Tueur-se-meurt--James-Sallis_ean13_9782743625214.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire