dimanche 8 juillet 2018

Le souffle court, Frédéric H Fajardie, Editions la Table Ronde




" Toepfer bondit. " Il avait entrevu la silhouette près de la Rolls, juste avant l'explosion. " Il savait, quelque part en lui, que tout était superflu et qu'en cet instant son patron grillait déjà, mais on l'avait dressé à ne jamais laisser échapper une proie. " Passant en courant près d'un épais massif de laurier, il flaira le danger, avec une seconde de retard. " Il fixa dans son esprit, pour une brève éternité, la silhouette d'un homme mince, de type balkanique et correctement vêtu. " Il reconnut même l'arme. " Un croc de boucher qui se planta dans son oeil gauche. " 

Comme son titre l'indique, Le souffle court est un roman très court, qui se lit d'une traite quasiment en bloquant sa respiration. Dans ce livre, initialement édité en 1982 on retrouve le commissaire Padovani et sa bande. flic hors norme, un peu insolent, limite subversif, Padovani n'est pas le bon toutou du Divisionnaire. Il attaque, n'a pas la langue dans sa poche, joue dans l'impoliquement correct, ce prend des baffes, n'hésite pas à contourner la loi et c'est ça qui est bon.
Ici, un gros Richard a été tué, chez lui. Le garde du corps a reçu le même traitement. L'attaque est sauvage et très vite la signature va être connue. Les Yougoslaves sont de la partie.
L'occasion pour l'auteur pour nous décrire un contexte géopolitique explosif bien avant l'éclatement des années 90. Même s'il ne rentre pas dans les détails (et heureusement d'ailleurs) des inimitiés, des amitiés, des coups foireux des forces en présence, Fajardie nous décrit une situation qui dépasse les frontières balkaniques.
On retrouve la galerie de personnages propres à l'univers de Fajardie. Des flics et des méchants. Parfois avec des flics plus méchants que les méchants. "Le souffle court" se lit vite, pas de temps mort, de l'humour et de l'action. Sans oublier la dénonciation de certains faits de l'époque font que ce petit roman, je ne suis pas prêt de l'oublier. Un bon polar que réédite la Table Ronde.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire