dimanche 26 février 2017

L'effet domino, François Baranger, Editions Bragelonne


Paris, 1907. Un mystérieux « tueur à répétition » fait trembler la capitale en s’attaquant à l’entourage de personnalités célèbres et aux policiers qui enquêtent sur son cas. En plus de la terreur, il sème derrière lui de curieux symboles ésotériques et, dans la gorge de ses victimes, un domino double. La presse accuse « Double Six », un ancien bagnard au torse tatoué, dont la rumeur dit qu’il aurait plusieurs vies. 
Le préfet Lépine confie l’affaire à l’inspecteur Lacinière, un Rennais sans attaches ni famille, qui monte une petite équipe constituée d’une jeune femme noble aux élans féministes et d’un jeune agent qui n’a pas froid aux yeux. Lacinière est convaincu que Double Six n’est pas le coupable. Pour le prouver, il doit retrouver sa trace entre chien et loup, dans le Paris du début du XXe siècle, et résoudre les énigmes que le véritable tueur élabore à son intention... 


A la réception de cet ouvrage, on peut dire qu'il a produit son petit effet. Mon jeu de mots facile pour dire qu'il s'agit d'un roman dense et ambitieux. Ce sentiment sera confirmé par sa lecture.
Tout d'abord, je dois saluer la performance de l'auteur qui a placé son récit dans un Paris du début du siècle dernier et qui en a fait une reconstitution sans aucune fausse note. Je ne suis pas historien et encore moins spécialiste de cette période mais François Baranger a parfaitement retranscrit les paysages, les moeurs, les innovations de l'époque. A cela, s'ajoutent des personnages finement travaillés et qui mêlent le réel et le fictif. A commencer par le préfet Lépine parfois colérique et autoritaire mais juste et pertinent. Bien sûr, on doit aussi souligner Philippe Lacinière, inspecteur rennais qui déboule à Paris, au passé trouble, nébuleux, mais très bon enquêteur. Je pourrais dresser la liste de tous les personnages que j'ai trouvé intéressants dans ce roman mais cela serait quelque peu rébarbatif. Je préfère donc me concentrer sur Double-six qui est vraiment une très bonne trouvaille. Personnage énigmatique et ambigu. Le mystérieux bagnard, évadé, revenu des enfers, converti aux rites vaudous, aurait pu être caricatural mais l'auteur parvient à éviter cet écueil. Double-six illumine ce roman.

Une enquête menée de main de maître

Passons à l'enquête elle-même car il s'agit bien d'un roman à enquête. Un tueur à répétition (en 1907 on ne parle pas encore de tueur en série). Une équipe de policiers est créée par le Préfet Lépine. Ils ne se connaissent pas, n'ont pas d'attaches et vont devoir travailler ensemble. On peut y ajouter la présence d'un journaliste qui, au départ, ne fait pas l'unanimité. Classique ? Pas si sûr. Comme je l'ai dit plus haut, tous les personnages ont leur part de mystère, sont bien ciselé. Une légère déception peut-être pour Thomas, jeune, brillant, courageux mais j'ai trouvé qu'il était un peu trop en retrait. Dommage.
Bref, l'enquête démarre mal. Le tueur sévit de manière régulière. Ses motivations restent mystérieuses et ses crimes sont abominables. Il  joue avec les nerfs des policiers, dissimulent des indices qui, au lieu de les aiguiller, les perd. Ils assistent à une sorte de jeu de piste dans lequel ils sont les principales "victimes".

Un faux pola-éso-historico.

Il est vrai que françois Baranger aurait pu nous faire une sorte de Da Vinci Code à la française version début de siècle. Il n'en est rien. Si par moments, les indices laissés par le Domino révèlent une tendance ésotérique, cela passe vite et l'auteur semble plutôt s'attacher à d'autres motivations. Le génie, les mathématiques, la culture et en filigrane le vaudou sont les thèmes qu'il privilégie.

Un Paris bien reconstitué.

Amateur de l'Histoire - sans pour autant être un spécialiste - j'ai beaucoup aimé le travail historique de l'auteur pour nous décrire un ville dangereuse, sale, animée mais aussi une ville dans laquelle foisonne l'activité littéraire, scientifique et artistique. Les bistrots, les sous-sols, les pauvres hères, les dorures, les réceptions mondaines, les riches héritiers, les anciens officiers prestigieux... Tout cela se côtoient dans une ville en transformation qui panse les plaies de la défaite de Sedan.
Quelques scènes sont épiques. Je pense notamment à celle du voyage en dirigeable qui marque vraiment cette période. Je pense aussi à la poursuite sur les toits ou bien sûr à la scène finale. De grands moments.

Bref, L'effet Domino est un grand roman ambitieux. Dense et parfois difficile (il faut resté concentré à sa lecture), il est un formidable moment de lecture.
Ce roman est disponible aux éditions Bragelonne.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire