lundi 10 octobre 2016

Mort aux vaches, Aurélien Ducoudray, François Ravard, Futuropolis.



1996 Un quatuor de truands cambriole l’agence bancaire à Clermont l’Abbaye. Parvenant à échapper à la Police, les voyous se mettent au vert en attendant que les choses se tassent, en attendant d’être oubliés. Ils cavalent jusqu’à l’exploitation agricole de l’oncle de l’un d’eux. Mais c’était sans prévoir la crise de la vache folle... La contamination de l’épizootie est à son plus haut pic, et les gendarmes sont très nombreux à battre la campagne. Coincés dans leur planque, ils vont devoir se supporter les uns les autres. Pour le meilleur et pour le pire.


Voilà typiquement le genre de roman graphique que j'adore. Des dessins travaillés et qui laissent place à l'imagination, un scénario original, décalé, loufoque par moments et bourré de références aux anciens polars.
Hommage à Audiard, Gabin et la clique, ce livre se lit d'une traite. Les événements s'enchaînent sans temps mort et on retrouve tous les ingrédients qui d'un très bon livre policier : des malfrats un peu tocards sur les bords, une histoire d'amour, un casse et des poulets dépassés.
Les dialogues sont excellents et on se paie une bonne tranche de fou rire :
- Une gonzesse ! Moi, je bosse pas avec une gonzesse.
- Y'a plein d'autres trucs à mon avis que tu fais pas avec une gonzesse.



Le livre est parsemé de dialogues de ce genre et on a l'impression de revenir en arrière, aux sources du polar où les auteurs aimaient d'avantage jouer avec les mots et leurs personnages que de détailler scrupuleusement des scènes macabres, que de disséquer le travail des légistes et leurs méthodes pour appréhender les suspects. 

Ce livre est une sorte de huis clos dans la mesure où la quasi-totalité du récit se passe dans la vieille ferme où les malfrats se sont réfugiés. Ils ne peuvent en sortir, sous peine d'être vite dénoncés par des habitants suspicieux, dans ces campagnes où l'on n'aime pas l'étranger. D'autant qu'il semble que nombreuses russes viennent chasser le riche mari. Pas facile d'être truand dans la campagne française. 

Mort aux vaches, vous l'aurez compris, est un roman passionnant qui nous ramène aux sources du polar. Il est à découvrir aux (excellents) éditions Futuropolis. 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire