vendredi 6 mai 2016

Magic time, Doug Marlette, Editions le Cherche midi


Quand Histoire et destinées individuelles se croisent…
 
1965. Alors que le mouvement des droits civiques porté par Martin Luther King s’étend dans tous les États-Unis, le pays a les yeux fixés sur Troy, une petite localité du Mississippi. Quatre jeunes activistes y ont péri dans l’incendie d’une église. Deux membres du Ku Klux Klan sont arrêtés et condamnés à perpétuité.
 
1990. L’un des condamnés libère sa conscience en désignant le vrai responsable du crime. Un nouveau procès se prépare donc à Troy. De retour dans sa ville natale, Carter Ransom, ancien sympathisant dans la lutte pour les droits civiques et journaliste au New York Examiner, est aux avant-postes. Son premier amour, Sarah Solomon, faisait partie des victimes et son père, le tout-puissant juge Mitchell Ransom, avait conduit le premier procès. Carter veut faire toute la lumière sur cette période qui l’a marqué à jamais. Et c’est dans le passé qu’il va devoir fouiller pour mettre au jour une vérité aussi terrible qu’inattendue.
 
Doug Marlette retrace ici toute une époque, trouble, pleine de non-dits, de soupçons et de positions ambiguës, mais aussi de courage, de droiture et de passion. Celle de la lutte pour les droits civiques. Avec une intrigue haletante et des personnages d’une rare humanité, Doug Marlette signe un chef-d’œuvre, à classer entre les romans de John Grisham et de Tom Wolfe.

Roman surprenant que ce "Magic time" qui débute à New York pour finir dans le Mississippi. On suit le chemin de Carter Ransom, journaliste et chroniqueur qui après un "burn out" vient se ressourcer dans sa ville du sud des Etats-Unis, Troy. Les semaines passent, lentement. Les amis défilent, les souvenirs ressurgissent les uns après les autres. Le drame qu'il a vécu 25 ans auparavant et qu'il a essayé d'enfouir au fond de lui refait surface avec l'ouverture du procès d'un des coupables de l'époque. L'incendie par le Klan d'une église et le meurtre de quatre de ses amis dont sa fiancée Sarah serviront de fil conducteur à cette véritable fresque du sud. 
Le récit alterne entre les années 60 et les années 90. Carter est le protagoniste principal de ce livre où la petite histoire rejoint la grande Histoire. Celle qui a façonné les Etats-Unis actuels. Celle de la lutte contre la ségrégation, de Martin Luther King, des droits des Noirs. 
Deux parties pour ce roman qui débute comme un retour aux sources pour Carter qui retrouve ses amis, retrace le parcours de Lige, son ami d'enfance qui est s'est lancé corps et âmes dans la lutte pour les droits civiques. On trouve aussi le Jimbo Stein, juif cynique et comique qui a passé son adolescence auprès de Carter. Lonnie et Stephen complète le tableau. Roman sur les amitiés, c'est aussi ça Magic Time. On se plaît à suivre les aventures de ces jeunes adultes, tout juste étudiants, déchirés entre les valeurs humanistes qu'ils aimeraient défendre et le poids de l'Histoire du sud du pays. 
Puis vient le procès et la deuxième partie du roman. Ici on est plus proche des livres de John Grisham et si l'auteur donne de nombreux détails quant au déroulement d'un procès, il ne nous noie pas dans un vocabulaire abscons. 
Enfin, alors que l'on croit l'histoire scellée et le procès bouclé, ultime pirouette qui donne un peu de piment à cette histoire. C'est rondement mené. L'auteur joue avec nos nerfs pour notre plus grand plaisir. 
Très très bonne surprise que ce "Magic time", surprenant et haletant. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire