vendredi 27 mai 2016

Gangsterland, Tod Goldberg, Editions Super 8

Tueur à la solde de la mafia de Chicago, Sal Cupertine est ce qui se fait de mieux dans le genre : discret, redoutablement efficace et doté d’une mémoire hors norme, il ne laisse jamais la moindre trace derrière lui. Jusqu’au jour où une opération tourne mal –très mal. Après avoir été contraint d’éliminer trois agents du FBI, Sal quitte la ville, caché dans un camion réfrigéré. Sa carrière est terminée. À moins que…



Inutile de le cacher, je suis un grand fan des écrits proposés par les éditions Super 8, des romans qui ont toujours ce supplément de ''je ne sais quoi'', un soupçon de fun, de déjanté, qui fait qu'il est dur en général de se freiner pendant la lecture. 
Sal Cupertine, "Rain Man", le nettoyeur attitré de la mafia de Chicago, un tueur fiable qui ne laisse jamais de traces derrière lui, commet son premier impair en assassinant trois agents du FBI. une erreur qui devrait conduire à sa perte...sauf qu'un deal lui est proposé. Une chirurgie faciale et un changement d'identité plus tard et adieu Sal Cupertine et bonjour à David Cohen, nouveau rabbin de Las Vegas. 
Les premières semaines sont difficiles pour David, il se doit d'apprendre une nouvelle langue, être capable d'être un rabbin à part entière, lui, le tueur sans remords, pour les membres du temple dont il a la charge...sans oublier la femme et l'enfant qu'il a laissés derrière lui et qu'il espère pouvoir retrouver un jour. Rapidement, David comprend que les pontes de la Mafia ne lui ont pas laissé la vie sauve sans arrières pensées, ils comptent sur lui pour mettre en place une combine permettant de se faire un maximum d'argent grâce au temple tout en se servant du cimetière pour se débarrasser des corps encombrants... Dans le même temps, nous suivons l'agent Jeff Hopper, jugé responsable du carnage qui a coûté la vie aux trois agents du FBI, lequel compte bien venger la mort de ses hommes et ne croit pas une seconde à la mort officielle de Sal Cupertine. 

Tout au long du roman, Tod Goldberg, partage çà et là des grands principes de la religion juive, du Talmud, des pensées qui petit à petit viendront s'encrer dans l'esprit de David Cohen. Un rabbin qui, du fait de son manque de connaissance, ajoutera parfois à ses discours des paroles de chansons de Bruce Springsteen, peu importe la provenance, du moment que la sagesse est diffusée, l'auditoire est ravi... Dans l'ensemble, j'ai bien aimé ''Gangsterland'', avec des personnages plus pourris les uns que les autres, des pointes d'humour non négligeables, mais je pense qu'une partie du roman, consacrée au changement de vie de Sal/David, sa nouvelle routine, bien que nécessaire, était un peu trop longue. Heureusement, pour ma part, l'enquête de l'agent Hopper m'a tenu en haleine et permis d'avancer rapidement dans la lecture. Quant au final, inutile de dire que je l'ai particulièrement apprécié et en refermant une dernière fois le livre, je ne peux que reconnaître que j'ai passé un très bon moment avec David Cohen et tous les personnages pas très nets de son entourage! 
Un bon livre pour le retour des beaux jours ! 

Ben

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire