lundi 7 mars 2016

De chair et d'os, Dolores Redondo, Mercure noir


 Brillant élément du commissariat de Pampelune, l’inspectrice Amaia Salazar se voit chargée d’enquêter sur d’atroces crimes sexuels. Les victimes sont des femmes et tout semble indiquer que les bourreaux soient leurs maris ou compagnons. Mais des rituels macabres, qui rappellent des pratiques de sorcellerie locale, laissent penser qu’un fou diabolique pourrait orchestrer ces meurtres en série. Salazar n’en a pas fini de découvrir les turpitudes de cette vallée de Baztán dont la rivière semble emporter les secrets terrifiants.
Amaia Salazar a d’autant plus de mal à mener son enquête qu’elle vient de donner naissance à l’enfant qu’elle et son compagnon ont tant désiré. Pas facile de devenir mère quand la mort rôde et que le souvenir de celle qui vous a donné la vie vous inflige de violents cauchemars. Mais la jeune femme entend bien aller jusqu’au bout de ses recherches, quels qu’en soient les résultats.

   Née à Saint-Sébastien, Dolores Redondo dépeint une région, le Pays basque espagnol, la Navarre en particulier. Devenue un phénomène de librairie avec quelques centaines de milliers d’exemplaires vendus, cette trilogie a donné envie à des hordes de touristes de redécouvrir les paysages saisissants de ces forêts et montagnes où le crime se dissimule à la perfection.

      « Mythologies basque et familiale se confondent, l'intrigue se nimbe d'une atmosphère quasi surnaturelle. La magie opère. Dolores Redondo serait-elle la cousine espagnole de Fred Vargas?»




Après le très réussi et très remarqué "gardien invisible", Dolores Redondo récidive avec "De chair et d'os" qui est donc le deuxième volume de sa trilogie de Batzan, du nom de la région où elle a planté son intrigue. On retrouve donc avec bonheur Amaia, flic surdouée, son équipe et sa famille pour enquête qui va mener le lecteur dans un monde où les traditions se mélangent à la réalité âpre et dure d'une vallée hostile. 
Inutile de faire durer le suspense, j'ai vraiment aimé ce roman et en voici les principales raisons : 

- Tout d'abord, l'intrigue. Parce qu'il faut pour faire un bon livre une intrigue qui tienne la route. Là, on est complètement dans la continuité du premier roman. On reprend un bon nombre de personnages croisés dans "le gardien invisible"et l'enquête démarre quelques mois après la fin du premier livre. Des meurtres sanglants, des rituels qui semblent sortir du folklore basque et des détours, des fausses routes, des pièges jusqu'au dénouement dans les toutes dernières pages du livre. Tout au long de ce récit, je me suis demandé "mais qui peut bien être le tueur ?". Donc sur ce coup-là, Dolores Redondo a fait fort. 

- Les personnages ensuite sont toujours aussi bien travaillés. Amaia devenue mère de famille se dépatouille entre son enquête chronophage et un bébé qui ne l'est pas moins. Malgré l'aide de son généreux James, elle veut en faire toujours plus, veut être une bonne mère, tout ce que sa propre mère n'a jamais été. La famille d'Amaia est très présente mais c'est pour mieux servir le récit. Rappelez-vous dans le premier livre, l'histoire de sa mère. Ici l'auteur va plus loin, lui donnant un rôle encore plus déterminant. Ses soeurs aussi, Flora et Rosario sont très présentes. Sans oublier la tante, toujours de bon conseils et qui représente une sorte de phare qui orienterait ses nièces. 

- Enfin, il y a la vallée du Batzan. Le paysage où l'auteur implante son récit est un véritable personnage. Berceau de légendes et de contes, la vallée qui peut paraître hostile peut se révéler belle et accueillante. Sauf qu'en cette saison, il pleut souvent et le ciel bas est menaçant. Une vallée qui peut être déprimante (à tel point que le taux de suicide est élevé)  mais en même temps attachante. Une vallée pleine de contradiction en quelque sorte. 

Pour finir, il y a ce petit côté "fantastique" avec cette apparition, déjà vue dans "le gardien invisible" mais qui ne gêne pas la lecture. 

De chair et d'os est disponible aux éditions Mercure Noir. A se procurer absolument et à lire avant la parution du troisième tome. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire