lundi 4 janvier 2016

Le gardien invisible, Dolores Redondo, Folio

Au Pays basque, sur les berges du Baztán, le corps dénudé et meurtri d’une jeune fille est retrouvé, les poils d’un animal éparpillés sur elle. La légende raconte que dans la forêt vit le basajaun, une étrange créature mi-ours, mi-homme… L’inspectrice Amaia Salazar, rompue aux techniques d’investigation les plus modernes, revient dans cette vallée dont elle est originaire pour mener à bien cette enquête qui mêle superstitions ancestrales, meurtres en série et blessures d’enfance.



Après une nouvelle historique en 2009, Dolores Redondo s’attaque aux romans en 2013 avec la première partie de sa trilogie consacrée au personnage d’Amaia Salazar, inspectrice basque passée par le F.B.I.. La trilogie, déjà publiée dans son intégralité en Espagne et qui a été un gros succès pour l’écrivain, a débarqué en France en janvier 2015. A l’occasion de la sortie du second tome de la trilogie (‘’De chair et d’os’’), j’ai décidé de me lancer dans la lecture du premier roman, ‘’Le gardien invisible’’ donc…et quelle belle surprise ! Un roman qui se savoure comme les txatxingorri (gâteaux basques) dont il est question pendant la lecture du livre ! 
Si la trame du roman, la recherche d’un tueur en série, est une réussite, reprenant tous les ingrédients d’un bon thriller : suspense, effets de surprise, meurtres, flics dépassés, environnement familial difficile etc… Que dire du reste ? La personnalité des personnages principaux et secondaires ? Fouillée, développée, riche, intéressante. L’environnement local ? L’auteur est basque, son héroïne est basque. Inutile de dire que le roman refoule de détails, clins d’œil propres à la culture basque qui est mise en avant tout au long du roman. Avec en surplus, un soupçon de fantastique avec le mythe du ‘’basajaun’’, créature légendaire dans la mythologie basque, ‘’le seigneur de la forêt’’. 
Ajoutez à cela un personnage principal, Amaia Salazar, plus qu’attachante, dotée d’une très grande sensibilité tout en ayant une grande force de conviction dans ses analyses pour mener à bien son enquête malgré un entourage familial et un passé qui auront laissé des blessures jamais cicatrisées… 
Bref, vous l’aurez compris, ce premier roman de Dolores Redondo est une vraie réussite et un véritable coup de cœur pour moi. Je ne peux que vous le conseiller et j’attends avec impatience de découvrir la suite des aventures d’Amaia Salazar dans le roman ‘’De chair et d’os’’ tout en suivant avec intérêt les futurs écrits de Dolores Redondo.

Ben. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire