lundi 4 janvier 2016

A cause de la nuit, James Ellroy, Rivages.

Il est psychiatre, manipule les solitaires et les faibles. C'est la nuit qu'il exerce son pouvoir maléfique. Plus il soutire d'informations à ses malades, plus sa puissance s'accroît. Jusqu'au jour où ce "voyageur de la nuit" croise le chemin du sergent Lloyd Hopkins. 
Après ‘’Lune sanglante’’, A cause de la nuit est le second épisode de la saga de Lloyd Hopkins.



(Chronique de ‘’Lune Sanglante visible ici : http://terredunoir.blogspot.fr/2014/09/lune-sanglante-james-ellroy-rivages.html#comment-form ) 

Dans ce roman, nous retrouvons donc le sergent Lloyd Hopkins pour de nouvelles aventures. A l’image de ‘’Lune Sanglante’’, Lloyd s’avère être un flic compétent, plus que ça même, il est doté d’une intelligence au-dessus de la moyenne, en plus d’un instinct, qu’on appellera sixième sens, qui lui permet de ‘’sentir’’ les crimes auxquels il est confronté. Cela lui permet de résoudre des affaires, non sans employer des méthodes fortes, contraires à la norme, aux règlements internes, un flic qui n’hésite pas à se salir les mains et être hors la loi si cela lui permet de faire tomber les plus dangereux criminels. 
Au niveau de l’histoire à proprement dite, suite à la conclusion de ‘’Lune Sanglante’’, Lloyd, séparé de sa femme et de ses filles, ne peut plus viser de promotion au sein de la Police, il est donc envoyé pour enquêter sur la disparition d’un de ses collègues, Herzog. Dans le même temps, un triple meurtre a lieu dans un magasin. Deux affaires qui n’ont a priori aucun rapport mais que, bien évidemment, Hopkins ne tarde pas à relier. Son enquête mène alors tout droit à un redoutable adversaire pour Hopkins, un individu dangereux qui s’avère lui aussi particulièrement intelligent. Le combat peut alors débuter entre Lloyd et ‘’le voyageur de la nuit’’. 
Du point de vue de l’écriture, Ellroy qui n’écrit alors que son second roman, poursuit ce qu’il a débuté dans ‘’Lune Sanglante’’ et qui sera sa marque de fabrique : un vocabulaire acide, des personnages sans morale ou presque, de la violence, du sexe, les troubles psychologiques liés à l’enfance, des crimes, des dialogues crus, des anti-héros qui nous touchent, etc… D’un point de vue technique, une nouvelle fois, on alterne les chapitres dans la peau d’Hopkins puis du ‘’voyageur de la nuit’’, renforçant ainsi l’envie du lecteur de tourner les pages. 
Suspense, violence, sexe, Los Angeles (un personnage à part entière du roman une nouvelle fois), un cocktail explosif signé Ellroy, le maître des polars noirs. Vous l’aurez compris, après ‘’lune sanglante’’ j’ai à nouveau passé un excellent moment en compagnie de Lloyd Hopkins et ne peut que vous conseiller la lecture ‘’d’A cause de la nuit’’.

Ben

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire