lundi 7 septembre 2015

Delta Charlie Delta, Laurent Guillaume, éditions Denoël

Flic solitaire aux méthodes peu orthodoxes, Mako ne se sent bien que parmi la faune des voyous et des noctambules. Et lorsqu’il s’allie de manière officieuse à une capitaine de la PJ, l’enquête prend une tournure des plus inquiétantes. 

Un cigare entre les dents, Mako entame sa ronde dans la banlieue parisienne. La nuit s’annonce agitée. Une jeune fille a été retrouvée, violée et laissée pour morte dans une caravane abandonnée et les cadors de la police judiciaire sont déjà sur le coup. De son côté, une autre scène de crime l’attend : Herman, un junky ultra-violent se serait suicidé d’une balle dans le cœur. Mako décide d’enterrer l’enquête pour protéger les proches de la victime. En particulier Angy, une adolescente paumée qu’il prend sous sa protection. 
En quelques jours, la violence se déchaine dans le secteur. Plusieurs dealers sont retrouvés morts. Mako pressent que les deux affaires sont liées et cachent un dangereux secret. 
Dévoré par cette intuition, il s’allie avec la capitaine Marie Auger, une femme brillante, ébranlée par un drame personnel, qui semble elle-aussi prendre l’enquête un peu trop à cœur. Les deux flics vont faire équipe et franchir la ligne rouge jusqu’à découvrir le pire.



Mako est de retour. Et pour fêter ça, Laurent Guillaume ne le ménage pas. Il le malmène mais c'est au service d'un roman coup de poing, parfois violent, parfois humaniste et toujours efficace. 
L'auteur use des mêmes stratagèmes pour tisser une histoire qui tient la route. Ancien policier, membre de la BAC, il dissémine avec tact des termes techniques sans jamais noyer le lecteur néophyte  dans un vocable incompréhensible. Rien que le titre veut dire beaucoup. DCD. 
On trouve dans ce DCD des personnages torturés, une intrigue sinueuse, une intrigue secondaire dont on se demande où elle va mener les héros. Ces héros qui n'ont rien de superbe. Pas des supers héros à qui il n'arrive rien. Pas de ça chez Laurent Guillaume. Seulement des hommes et des femmes usés par la vie, qui tentent de refaire surface, qui se battent et qui ne désarment pas.
J'ai beaucoup aimé ce roman, mélange de polar et de noir, et l'évolution du personnage de Mako est intéressante. On le trouve ici moins dur avec ses collègues (quoique...) et plus humain (mais pas plus mou pour autant). 

Le personnage de Marie Auger est excellent. Cette femme-flic qui paraît si forte cache un secret. Qui est ce garçon qu'elle semble protéger ? Et surtout quel lien a t-elle tissé avec la mère de ce dernier ? Prisonnière d'un  pacte ? Victime de chantage ? un speaker peu inspiré dirait :"vous le saurez dans le prochain épisode". Je dirai simplement, tout va se dévoiler au court du récit. 
J'ai beaucoup apprécié aussi l'équilibre entre l'action, le suspens et les moments de répit. 
Un très bon cru signé Laurent Guillaume. 

2 commentaires: