jeudi 27 août 2015

La petite fille qui aimait Tom Gordon, Stephen King, éditions retrouvailles.

C'est exprès que Trisha s'est laissé distancer par sa mère et son frère, ce jour-là, au cours d'une excursion sur la piste des Appalaches. Lassée de leurs sempiternelles disputes depuis que Papa n'est plus là. 
Ce qu'elle n'imaginait pas, c'est que quelques minutes plus tard elle serait réellement perdue dans ces forêts marécageuses. Qu'elle affronterait le froid, la faim, la nuit, les bruits et les rumeurs de la nature. Et deux personnages terrifiants acharnés à sa perte : la Teigne et la Chose. Il lui reste son baladeur, grâce auquel elle peut suivre les exploits de son idole, Tom Gordon, le joueur de base-ball. Le seul qui peut l'aider, la sauver.


A partir d’une histoire toute simple, sans fioritures, Stephen King nous emporte avec lui vers une aventure semée d’embûches et de frissons. Pas d’horreur ni de fantastique dans ce roman, juste une histoire à prendre comme un conte, avec en héroïne une petite fille perdue dans la forêt et contrainte de survivre dans ce monde qui peut rapidement devenir hostile à l’homme, encore plus lorsque l’on est encore qu’une enfant… Trisha, l’héroïne du roman, prend d’abord les choses avec philosophie lorsqu’elle se rend compte qu’elle s’est perdue, à elle la liberté, elle en rigolerait presque, puis les heures s’accumulent, les journées s’enchaînent et de nombreux sentiments viennent alors se succéder les uns aux autres…la peur, la tristesse, la folie, la solitude, le désespoir…des réactions logiques face au destin tragique qui se dessine pour elle…heureusement, une bouffée d’air frais lui permet de garder la tête hors de l’eau, sous le nom de Tom Gordon, un joueur de baseball dont elle est la plus grande fan et dont elle possède la casquette dédicacée, un joueur dont elle peut encore suivre les exploits grâce au walkman qu’elle avait sur elle lorsqu’elle s’est perdue…Tom Gordon, son dernier lien avec le monde extérieur ! 
Ce livre est un écrit sur la peur, sous toutes ses formes. Stephen King réussit à nous tenir en haleine, aux côtés de la petite Trisha, souhaitant avec elle fuir cette forêt qui l’a attirée dans ses entrailles et retrouver au plus vite le monde des humains, notre civilisation. Ce livre met en avant, selon moi, la volonté, la force et l’ingéniosité de l’espèce humaine à toujours vouloir aller de l’avant et trouver des solutions pour sa survie, malgré l’hostilité du monde qu’elle peut affronter. Dans le même temps, ce roman relativise la puissance de l’Homme qui n’est que peu de choses face à la nature brute telle que peut l’être une forêt. 

Un bon petit livre, plaisant et rapide à lire.

BEN. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire