jeudi 27 août 2015

Hors de moi, Didier Van Cauwelaert

« J'ai tout perdu, sauf la mémoire. Il m'a volé ma femme, mon travail et mon nom. 
Je suis le seul à savoir qu'il n'est pas moi : j'en suis la preuve vivante. 
Mais pour combien de temps ? 
Et qui va me croire ? » 

Dédoublement, folie, manipulation mentale ? Explorant une nouvelle fois les mystères de l'identité, Didier van Cauwelaert a écrit un suspense hallucinant, l'odyssée d'un homme seul en lutte contre le mensonge de son entourage... ou sa propre vérité.




Voici un livre qui trainait sur ma pal depuis plusieurs années déjà, n’ayant jamais pris le temps de m’y attarder…c’est désormais chose faîte, il m’aura fallu une petite nuit pour lire ce court roman, en partie à cause du faible nombre de pages mais également grâce à son suspense haletant. 
On suit un individu, Martin Harris, qui vient de sortir de l’hôpital suite à un accident qui l’a plongé quelques jours dans le coma. Quand il arrive dans l’appartement au sein duquel il vient de s’installer avec sa femme, un autre homme lui ouvre la porte : il dit que son nom est Martin Harris. Quant à son épouse, elle ne le connaît pas mais est mariée à ce second Martin Harris… Débute alors un roman plein de suspense, le Martin Harris que nous suivons, à l’aide d’une mémoire étrangement infaillible, cherchant à démontrer qu’une machination a été mise en place pour le faire disparaître de la circulation, son « double » vivant avec sa femme, ayant pris son travail… Le lecteur est par la force des choses pris à témoin, cependant, on ne peut s’empêcher de nous poser la question s’il est le vrai Martin Harris ou si ce n’est lui l’imposteur ? 
L’auteur réussit à maintenir le suspense et semer le doute au lecteur tout au long du roman, c’est donc une réussite de ce côté-là. Une lecture prenante, un bon petit thriller. 
Par contre, la fin est quelque peu décevante, surtout bâclée j’ai trouvé, c’est dommage. Pour ce qui est du style d’écriture, ça m’a semblé peu recherché, c’est bizarre, d’habitude je ne me sens pas capable de juger un auteur mais là, ça m’a semblé plutôt « bas de gamme », l’impression qu’il a écrit son texte sans chercher à l’embellir. Une chose qui m’a un peu désintéressé, c’est par moments la multitude de détails du monde de la botanique (Martin Harris étant botaniste…). 
Je pense quand même que ce roman, bien que lu rapidement grâce à son suspense, entrera dans la catégorie « aussitôt lu, aussitôt oublié ». 
A noter que le livre a été adapté au cinéma en 2011 sous le nom « Sans Identité » avec Liam Neeson et Diane Kruger en acteurs principaux.


BEN
_________________

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire