mercredi 22 juillet 2015

Les belges reconnaissants, Martine Nougué, Editions du Caïman"""

Castellac était un village apparemment tranquille jusqu'au jour où son maire est retrouvé raide mort dans la garrigue. Pénélope Cissé, officier de police du commissariat de Sète, va devoir fouiller dans le passé trouble du village pour retrouver l'assassin de Monsieur le Maire. Elle va être confrontée à quelques habitants pittoresques mais pas toujours très coopérants, protégeant leurs petits secrets et peu amènes à l'égard de ces « étrangers », les nouveaux habitants venus du nord, ou cette flic Africaine qui fouine dans leurs histoires. Extrait : « Une espèce de dynastie locale entreprenante et bienfaitrice, la vigne, des familles imbriquées depuis des générations, leurs petites et grandes histoires, l'inéluctable urbanisation d'un village prospère, des chasseurs, un nid de militants écolos et une journaliste engagée qui épiait nuitamment les galipettes champêtres d'un maire et de quelques élus aux moeurs joyeuses... Pénélope revoyait son entretien avec Marianne Grangé qui avait effectivement justifié sa présence à la bergerie, la nuit de la disparition du maire, en expliquant qu'elle s'apprêtait à révéler quelques-unes des pratiques des édiles locales. ... 




Pour son premier roman, Martine Nougué explore les âmes d'un petit village niché dans la garrigue, ces petits villages repliés sur eux-mêmes, où tout le monde se connaît depuis des générations. Mais voilà quand des "étrangers" débarquent et qu'ils veulent mettre des coups de pied dans la fourmilière, on peut comprendre que ça ne plaît pas à tout le monde. Quand l'équilibre est bousculé , rien ne va plus. 
Les éditions du Caïman nous offrent ici un bon petit roman policier comme je les aime. L'intrigue n'est pas très complexe certes mais les personnages sont bien pensés. Pénélope Cissé est une lieutenant de police originaire du Sénégal et qui semble traîner quelques casseroles dont on ne saura rien de plus. On trouve aussi les écolos prêts à tout pour combattre les projets d'un maire peu scrupuleux de l'environnement. Tout autour, Martine Nougué dresse des portraits que chacun qui aura vécu dans ce genre de villages pourront reconnaître aisément. Le bistrot est le lieu de toutes les rumeurs, l'endroit où se joue beaucoup de choses, où se nouent des relations voire des amitiés. Les lieux sont bien décrits et pourrait même entendre chanter les cigales en tournant les pages de ce roman. 
J'ai beaucoup aimé également l'écriture et les dialogues. Martine Nougué n'en fait jamais trop. De fait, les pages se tournent très vite et j'ai lu ce roman en une journée. 
Des dialogues parfois non dénués d'humour : 
"Pénélope confirma gentiment l'information au gamin qui venait de l'apostropher avec la spontanéité naturelle de son âge.
- Alors vous êtes un jihaille ? 
- Un quoi ? 
- Un JI-HAILLE , qui fait la guerre, à la télé ! insista le gosse.
- Il veut dire un GI, gueula le papy qui n'en perdait pas une. 
- Et pourquoi tu me dis cela, bonhomme ?
- Ben, parce que vous êtes un lieutenant et puis que vous êtes noire, comme les jihailles."

Je vous invite donc à découvrir (très) rapidement ce roman qui mettra un peu de fraîcheur dans votre été caniculaire. 
Disponible aux éditions du Caïman. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire