vendredi 5 juin 2015

Dexter dans de beaux draps, Jeff Lindsay, Michel Lafon

Après une lune de miel à Paris étonnamment réjouissante, Dexter commence à s'encroûter. Mais la découverte d'un cadavre joliment posé dans un transat sur la plage réveille son besoin de faire justice. Bientôt, il apprend qu'un artiste sadique met en scène des oeuvres macabres aux quatre coins de Miami et sa soeur Deborah, chargée de l'enquête, est poignardée. Pas d'hésitation : Dexter retrouve l'agresseur et, convaincu de tenir son coupable, l'élimine. À sa manière. Problème : quelqu'un l'a filmé et a mis sa vengeance en ligne sur YouTube. Sans aucun doute, l'artiste fou qui terrorise Miami est toujours en vie et compte bien révéler les passe-temps nocturnes de notre cher Dexter...


Quatrième aventure pour Dexter. Et pas des moindres puisqu'il est confronté à un tueur particulièrement retors qui a décidé de s'en prendre à  lui et de le montrer au monde entier. Qu'à cela ne tienne, notre serial killer préféré va devoir batailler ferme pour ce sortir de ce piège. Mais quand tout se referme autour de lui, il semble perdu. Dexter n'est plus maître de la situation. Il perd pied, s'enfonce. Il est complètement déboussolé et demande de l'aide. Il en trouvera en la personne de Chutsky, le petit ami de Deborah. Le flic spécial qui a perdu quelques morceaux dans l'épisode précédent. Mais pour cela, il doit se dévoiler un peu. Ce qui le fragilise. 
Je n'en dirai pas plus. Même si l'intrigue est un peu tirée par les cheveux, j'ai pris plaisir à retrouver Dexter dans un récit moins rébarbatif que "les démons de Dexter". Certes, il n'est pas au mieux de sa forme, certes il ne veut pas encore trop former Astor et Cody mais le suspense est bien présent et le récit déroule parfaitement et sans temps mort. On retrouve son humour et celui de ses collègues (Vince est moins présent et plus soft que dans la série, mais c'est un personnage intéressant). Rita n'est pas en reste. Son rôle est secondaire mais elle est moins agaçante qu'à la télé. 
Bref, en deux mots : bon roman. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire