mardi 7 octobre 2014

Killer country, Mike Nicol, Ombres Noires

Mace et Pylon, deux ex-free fighters reconvertis dans la sécurité, offrent leurs services aux riches touristes du Cap, donr les rues sont gangrénées par la violence. Mais lorsqu’ils décident d’investir de l’argent sale dans un deal immobilier douteux, ils ont affaire à des adversaires d’un nouveau genre : Obed Chocho, tout juste remis en liberté conditionnelle, et Spitz, un psychopathe qui assassine au son de playlists méticuleusement sélectionnées. Dans l’ombre, la vénéneuse Sheemina tire les ficelles, méditant sa vengeance…
Mace et Pylon échapperont-ils à la colère de leur vieille ennemie et au tueur lancé à leur poursuite ?



Killer Country est le deuxième opus de la trilogie sud africaine de Mike Nicol inaugurée par le percutant "la dette". On retrouve donc les mêmes personnages, Mace et Pylon notamment. Je rassure tout de suite les lecteurs, ce livre peut aussi être lu sans avoir lu le précédent. Mike Nicol y fait de nombreuses références mais en dévoile assez pour deviner ce qui s'est passé avant.
Dans Killer Country, on suit donc la trace de Mace et Pylon, à la tête d'une entreprise de sécurité. Anciens trafiquants d'armes, il semble qu'ils se soient rangés. Ils ont cependant de l'argent bien planqué aux Caïmans et qu'ils cherchent à blanchir. Aussi se lancent-ils dans l'immobilier mais leur concurrent est un vrai truand qui n'hésite pas à engager un tueur à gages pour régler les comptes. 
Ce roman de 500 pages se lit d'une traite. L'écriture de Mike Nicol est fluide, agréable et précise et les chapitres courts nous font tourner les pages à la vitesse d'une mitraillette. 
Ses personnages sont finement cisaillés à l'image de Sheemina, sombre, mystérieuse, diabolique. Ou encore du duo improbable mené par Spitz, qui tue en musique. 
Enfin, l'intrigue nous fait découvrir un pan de l'histoire Sud Africaine ou les couleurs ne se mélangent pas encore facilement. L'apartheid est finie mais les mentalités changent plus lentement. 
Mace et Pylon forment aussi un duo intéressant, chacun d'entre eux tiraillés entre leur ancienne vie d'escroc et leur envie de se ranger, de former une famille ordinaire. 
Killer Country est donc un roman noir percutant à découvrir absolument !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire