lundi 7 avril 2014

Les oubliées, Tess Gerritsen, Presse de la Cité

La main d'une femme est découverte dans une ruelle obscure du quartier asiatique de Boston. Sur le toit d'un immeuble des environs, on retrouve le cadavre de la victime à laquelle elle appartient : rousse, vêtue de noir, la gorge tranchée, comme si le meurtrier avait tenté de la décapiter. Deux mèches, qui ne s'apparentent pas à des cheveux humains, sont retrouvées sur son corps.
Assistée dans son enquête par le détective d'origine chinoise Johnny Tam, Jane Rizzoli découvre que ce meurtre brutal a connu un précédent. Dix-neuf ans auparavant, une tuerie au Phénix Rouge, un restaurant asiatique des environs, avait fait cinq victimes. Existe-t-il un lien entre ces deux drames ? Et si la clé du mystère se trouvait dans le passé ? Forte de cette intuition, l'inspecteur Rizzoli décide de rouvrir cette affaire presque classée. Elle ne tarde pas à découvrir que ce massacre est étroitement lié à la disparition de deux jeunes femmes...



Ce nouveau roman de Tess Gerritsen fait partie des enquêtes de Rizzoli et Isles dont plusieurs ont été adaptées pour la télévision mais dont je n'ai encore vu aucun épisode. 
Je ne connaissais pas non plus cet auteur et je remercie vivement les éditions Presse de la cité de me l'avoir fait découvrir.
Dès les premières pages, on rentre dans le vif du sujet. On va parler d'arts martiaux. Mais pas que...
Une main est découverte dans le quartier chinois de Boston. Plus tard, le reste du corps. 
Rizzoli et son co-équipier Frost vont peu à peu faire le lien avec une tuerie qui a eu lieu dix neuf ans plus tôt et qui a touchée profondément la communauté chinoise. 
Ce roman alterne les chapitres écrit à la troisième personne et les chapitres où l'un des personnages principaux - Iris Fang- prend la parole. La vieille dame dont le mari a été tué durant l'épisode sanglant évoqué ci-dessus et dont la fille a disparu deux ans plus tôt écrit ce qu'elle voit, ce qu'elle vit, ce qu'elle ressent. Elle qui n'a jamais cru à la version donné par la police à l'époque des faits, elle qui n'a jamais abandonné l'idée de démasquer le véritable coupable. 
On suit aussi Maura Isles, le médecin légiste et ami de Rizzoli, amitié qui sera mis à mal par le témoignage de Isles contre un policier. 
L'écriture de Tess Gerritsen est plaisante et fluide. Elle ne s'encombre pas de détails superflus et va à l'essentiel. J'ai pris beaucoup de plaisir à lire cette aventure et le personnage de Rizzoli m'a plu. Elle a de l'humour et une certaine dose d'auto-dérision qui est relativement rare dans les romans policiers. 
Par ailleurs, l'auteur nous fait découvrir à travers les 350 pages de ce roman, le quartier chinois de Boston avec ses secrets et son mode de fonctionnement, les arts martiaux et une légende chinoise. Bref, aucun temps mort, de nombreux rebondissements, des personnages intéressants même si j'aurais bien aimé en savoir plus sur Maura (mais peut-être le personnage est-il davantage développé dans d'autres livres...) et une intrigue dont je n'aurais jamais trouvé le dénouement.
Un très bon moment de lecture.
Disponible ici :
http://www.pressesdelacite.com/site/les_oubliees_&100&9782258106949.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire