mercredi 29 janvier 2014

Le fils de Sam, Michaël Mention, Ring éditions

Il a ensanglanté les rues de New York et traumatisé des millions d'Américains. Pour la première fois en France, l'histoire vraie du « fils de Sam ». 

Été 1977. L’Amérique croit avoir tout subi : assassinat de JFK, émeutes, fiasco au Vietnam, crise économique. Meurtri dans sa chair et saigné dans ses ambitions, le pays est à genoux. New York aussi, soumise à une canicule sans précédent, au blackout et à son bourreau.

Un tueur mystérieux qui rôde la nuit et décime la jeunesse avec son revolver. Un prédateur unique dans la sphère des tueurs en série, défiant les autorités, les médias et le pays tout entier. Cette affaire criminelle a fait l’objet d’un film, Summer of Sam, réalisé par Spike Lee avec Adrien Brody, mais tout n’a pas été exploré...

Pour la première fois en France, un auteur retrace cette stupéfiante enquête, méconnue en Europe, à travers de nouveaux axes d’investigations. Entre document et thriller, Fils de Sam vous fait revivre la croisade du « Tueur au calibre .44 » à la faveur de nombreux documents et photos qui en font bien plus qu’un livre : un ouvrage qui se lit comme un film, en immersion dans la tête de l’un des tueurs les plus complexes. Une plongée au cœur des États-Unis du rock au disco, du L.S.D. à la C.I.A., d’Hollywood au satanisme… portrait d’une nation à travers l’un de ses exclus, devenu icône des serial killers.

Né en 1979, Michaël Mention est romancier et scénariste. Grand Prix du roman noir français au Festival International du Film Policier de Beaune en 2013 pour Sale temps pour le pays (Rivages/noir), il s’impose aujourd’hui comme l’un des nouveaux prodiges du thriller.



Bon, nous avons Michaël Mention que j'ai découvert l'année dernière avec Sale temps pour le pays (rivages noir) pour lequel il a obtenu le grand prix du roman noir français du festival de Beaune, nous avons aussi Stéphane Bourgoin qu'on n'a plus besoin de présenter mais qui reste The spécialiste des tueurs en série dans le monde et auteur de nombreux ouvrages sur le sujet. Le premier est auteur dans le cas présent, le second directeur de la collection Murder ballads chez Ring éditions. Autant dire que la mayonnaise ne pouvait pas être loupée. 
Je me suis donc plongé dans ce True crime, un docu-fiction sur David Berkowitz, un tueur en série qui a sévi aux Etats-Unis à la fin des années 70 avec avidité. 
Il s'appelait lui-même "le fils de Sam", a fait tourné en bourrique les flics New Yorkais, a terrorisé les jeunes de la ville pendant l'été caniculaire de 1977 et a fini par se faire pincer. 
Le livre de Michaël Mention est donc un mélange astucieux, intelligent et ultra-documenté de l'aventure de ce Serial Killer à la personnalité étrange et qui, encore aujourd'hui, est classé à part parmi ses confrères
J'ai retrouvé dans ce livre les mêmes ingrédients que dans son précédent roman. L'écriture de Mention est épurée mais terriblement efficace. L'auteur ne s'encombre pas de descriptions  interminables. Il va droit au but, fonce vers l'essentiel. C'est propre. 
Mais ce n'est pas que ça. 
Si Michaël Mention fonce, chaque page est travaillée, cisaillée, pensée pour que le lecteur prenne le plus de plaisir possible malgré l'importance du sujet. 
Et puis, il n'oublie pas de connecter les actes de ce tueur aux événements qui frappent le pays. On trouve donc en filigrane la guerre du Vietnam que le peuple exècre, les sectes dont les rassemblements terrorisent autant qu'ils  attirent des individus en recherche d'une famille. Comme ce fameux David qui erre. D'un quartier à l'autre. Guidé par Sam, sanguinaire. Assoiffé de sang. 
On a donc New York, la ville cosmopolite. On a le disco que David Déteste. On a aussi le LSD, la drogue, le ciné, la musique d'Hendrix et les chiens qui aboient. Qui ne cessent de gueuler à la mort. Je veux qu'ils crèvent, qu'il arrêtent de m'appeler. Pour ça, je voudrais les brûler. Un peu d'essence. Une allumette que je craque. Et hop ! Plus de bergers allemands qui gueulent toute la nuit. A me rendre fou. Mais, j'ai Sam, je le vois dans le rétroviseur. Il est assis derrière, sur la banquette. Et il veut que je tue. Encore. Et encore. Car Sam a faim. Sam veut du sang.
J'espère que ces quelques lignes vous donneront envie de découvrir ce livre qui est un gros coup de coeur en ce début 2014.
Disponible chez Ring éditions. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire