jeudi 16 janvier 2014

Après la fin, Barbara Abel, Fleuve Noir

Tiphaine et Sylvain vivent ensemble depuis presque 20 ans. Ils ont connu des moments merveilleux et ont surmonté main dans la main des épreuves difficiles. Comme tant d'autres époux... Aujourd'hui leur couple bat de l'aile et élever Milo, leur fils de 15 ans, n'est pas une partie de plaisir. Une situation qui pourrait être très classique...
Si Milo n'était pas leur fils adoptif. 
Si Milo n'était pas le fils de leur ancien voisin David qui s'est suicidé dans sa propre maison.
Si Milo n'était pas le meilleur ami de Maxime, leur fils, décédé brutalement à l'âge de 7 ans. 
Si Milo n'avait pas hérité de la maison de son père dans laquelle vit désormais la nouvelle famille recomposée. 
Et si une nouvelle voisine n'était pas venue s'installer précisément dans leur ancienne maison, de l'autre côté de la haie, avec un petit garçon de 7 ans...




Mon premier Barbara Abel." Après la fin" reprend l'histoire quelques années après les terribles événements qui ont été relatés dans "Derrière la haine". 
Un couple apparemment sans histoire mais ayant vécu un terrible drame. Un adolescent qu'ils ont adopté et qui a perdu ses parents. Une nouvelle voisine qui s'installe dans leur ancienne maison.
Autant dire tout de suite, ce thriller est une bombe ! 
Des chapitres courts permettent de suivre les personnages les uns après les autres sans temps morts. Ce qui est un véritable bonus pour un thriller. 
Le suspens que l'auteur réussit à distiller avec touche légère est grandissant. Les personnages sont énigmatiques à souhait. Chacun trimbale ses casseroles, tous essaient de s'en sortir, de relever la tête mais c'est sans compter les autres, les voisins, l'amant, l'ami. 
"Après la fin" est un huis-clos angoissant, qui prend à la gorge. Cela faisait longtemps que mon coeur ne s'était pas accéléré comme ça à la lecture d'un livre. 
Donc ici pas de sang, pas de description gore. Que du feutré, du suggéré et de l'angoisse. Et si tout commence plutôt bien pour Nora, ensuite ça monte progressivement jusqu'au basculement dans l'enfer. 
En ce sens, le livre de Barbara Abel m'a fait penser à Jean-François Coatmeur, un autre auteur que j'apprécie énormément et qui n'a pas son pareil pour décrire des gens normaux dont les vies basculent horriblement. 
On le voit, Nora se bat contre la raison et la peur : 
" Ebranlée par la détresse de son amie, celle-ci la dévisagea avec consternation. Son esprit vibrait de mille pensées, il fallait qu'elle trouve quelque chose pour la détourner de cette folie, un argument massue qui la ramènerait sur terre."
La confrontation Mathilde-Nora est en ce sens édifiante. Quand on perd les pédales, quand on sait que toute sa vie va être détruite, peut-on se résoudre à la pire des solutions ? 
J'ai beaucoup aimé également le profil de Milo, adolescent légèrement taciturne -mais au vu de son passé, qui ne l'aurait pas été ?-  qui se bat lui aussi contre ses démons, persuadé d'incarner le mal absolu autour duquel tous ceux qu'il aime finissent par périr. 
Si ce roman est la suite de "Derrière la haine", il peut se lire indépendamment car l'auteur dresse des portraits complets et distille des indices qui permettent au lecteur de reconstituer l'histoire.
Jusqu'à la scène finale, machiavélique et terriblement efficace. 

Un très bon moment de lecture. 
Disponible chez Fleuve Noir. 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire