vendredi 13 décembre 2013

Lignes de sang, Gilles Caillot, Editions du Toucan

Richard Granjon, écrivain à la dérive, voit dans son prochain roman l’ultime chance de relancer sa carrière. Isolé dans une maison de campagne, il veut que son texte soit noir, angoissant, sanglant, aux antipodes de ses précédents livres, plutôt édulcorés.
Mais la tranquillité de sa retraite va être soudainement ébranlée. Via d’obscurs réseaux du web, il est manipulé et poussé à bout par un mystérieux tueur dénué de toute humanité. Sa période d’écriture se transforme petit à petit en véritable cauchemar.
De leur côté, les lieutenants Depierre et Amarante de la Criminelle de Lyon, traquent depuis longtemps un homme qui sème sur sa route des cadavres de jeunes femmes, horriblement mutilés. L’enlèvement de Camille, leur coéquipière, les précipitent en enfer.
A la frontière du virtuel, commence alors leur enquête la plus terrifiante…

Lignes de sang a obtenu le PRIX INTRAMUROS 2013 lors du dernier festival de Cognac.



Lignes de sang vient d'être récompensé par le prix intramuros du Festival de Cognac. L'occasion pour moi de parler d'un roman puissant et d'un auteur que j'apprécie particulièrement.
Un écrivain à la dérive, des crimes atroces, deux flics... pas vraiment original me direz-vous ? Et pourtant, Gilles Caillot réussit à donner une nouveauté à un genre souvent décrié. L'horreur des meurtres et leur lente description côtoie les tourments d'une enquête policière menée tambour battant. A chaque page, le lecteur s'enfonce dans un gouffre sans fin, on peine à reprendre notre respiration. L'atmosphère suffocante que l'auteur insuffle dans son roman donne aux personnages une dimension particulière. Ils ne sont pas des héros. Ils sont témoins, toujours avec un train de retard sur le meurtrier qui prend plaisir à jouer avec leurs (nos ?) nerfs. Ils souffrent et nous avec eux.
Gilles Caillot tisse sa toile. Habilement, subtilement. Terriblement efficace.
Encore un auteur sur qui il faudra compter dans les années à venir.
Disponible aux éditions du Toucan.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire