samedi 7 décembre 2013

Les chevaux de Troie, Bruno L'Her, noir éditions

Les banlieues s’embrasent. Ces faits divers sont-ils orchestrés afin de manipuler l’opinion publique ? Jacques Maniault, ancien policier du service de protection des hautes personnalités devient témoin d’un meurtre incompréhensible. Et s’il devenait, malgré lui, l’écueil d’une machine bien huilée ?   Débute alors une croisade solitaire, sanglante et ininterrompue contre ces hommes de l’ombre qui le conduira de Paris en Egypte. Nulle part, Jacques Maniault n’aura de répit…jusqu’à la confrontation finale.
Reste à savoir qui en sortira vainqueur !
 

La récente maison d'éditions "Noir éditions" vient de publier le nouveau et cinquième roman de Bruno L'Her.
"Les chevaux de Troie", c'est donc l'histoire d'un ancien policier d'élite qui a le malheur d'être témoin d'un assassinat fomenté par une bande organisée très puissante. Involontairement, il a donc mis le doigt dans un engrenage terrible et violent.
Je n'en dirai pas plus sur l'intrigue.
Encore une fois, c'est un plaisir de lire cet auteur que j'avais découvert avec "La résurrection de l'ange" (éditions atelier de Presse). Depuis, trois autres romans sont venus étoffer une bien belle bibliographie. Le style de l'auteur est résolument différent de ce qu'on a l'habitude de lire dans le paysage du polar. Ici, point de vulgarité, point de mots contractés, point d'oubli de négation pour un écrit parlé. C'est du politiquement correct (dans l'écriture, j'entends) et cela fait du bien.
Côté structure, Bruno L'Her est assez talentueux pour nous offrir une intrigue savamment travaillée au service d'un roman intelligent. Même si le déroulement du récit n'est pas d'une extrême originalité, les personnages sont fouillés et les péripéties qui s'enchaînent mènent le lecteur à vouloir tourner et tourner les pages le plus vite possible.
L'auteur construit donc ici un thriller-d'action-espionnage efficace avec en toile de fond une angoisse sociale actuelle : le retour d'un ordre nécessaire dans une société en déliquescence mais qui mettrait un terme à la démocratie telle qu'on l'entend aujourd'hui. Il s'appuie sur des événements récents et sur une certaine peur de l'avenir de la population qui ne trouverait refuge (ou salut) que derrière une classe dirigeante forte, puissante et sans concession. Au détriment des droits de l'homme.
Bref, ce roman est passionnant de bout en bout.
Je souhaite à Bruno L'Her tout le succès qu'il mérite. Parions que cet auteur deviendra un incontournable dans le monde du polar hexagonal.
Longue vie aussi à Noir'éditions.
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire