jeudi 31 octobre 2013

Au revoir là-haut, Pierre Lemaître, Albin Michel


Sur les ruines du plus grand carnage du XXe siècle, deux rescapés des tranchées, passablement abîmés, prennent leur revanche en réalisant une escroquerie aussi spectaculaire qu’amorale. Des sentiers de la gloire à la subversion de la patrie victorieuse, ils vont découvrir que la France ne plaisante pas avec ses morts…
Fresque d’une rare cruauté, remarquable par son architecture et sa puissance d’évocation, Au revoir là-haut est le grand roman de l’après-guerre de 14, de l’illusion de l’armistice, de l’État qui glorifie ses disparus et se débarrasse de vivants trop encombrants, de l’abomination érigée en vertu.
Dans l’atmosphère crépusculaire des lendemains qui déchantent, peuplée de misérables pantins et de lâches reçus en héros, Pierre Lemaitre compose la grande tragédie de cette génération perdue avec un talent et une maîtrise impressionnants.



Pierre Lemaître délaisse le polar pour ce nouveau roman qui prend la première guerre mondiale pour contexte. A quelques mois du centenaire de l'assassinat de l'archiduc François Ferdinand (évènement qui a précipité le monde dans le conflit) c'était bien joué. Mais c'est plus que ça.
Ce roman est une peinture de la guerre et une dénonciation du mépris pour les survivants et les mutilés, les fameuses gueules cassées. Ces victimes, trop abîmées pour s'insérer dans une société qui panse ses plaies, mais pas assez amochées pour que leurs noms ornent les monuments dédiés aux poilus. Ces encombrants survivants, qu'en faire ? Toujours à ressasser leurs vieilles rengaines, à radoter sur leurs conditions de vie, à se plaindre de leur rente qui tarde à tomber dans leur portefeuille. C'est pas des héros, ça ! Sinon, ils seraient morts ! Les vrais héros, c'est ceux-là ! Ceux qui ont donné leur vie à la France. Les morts on les pleure, mais les vivants ? Ils ne sont que la preuve de la boucherie de 14 !
C'est aussi un beau roman d'amitié entre Albert, timide, gauche, un peu looser et Edouard, bien né, et pourvu de dons artistiques indéniables, qui vont se rencontrer sur le champ de bataille. Pas forcément au moment le plus glorieux. Jusqu'à l'obus de trop. Qui va rendre dépendant l'un et mutiler l'autre. Ces deux-là vont finir la guerre avec amertume et rancœur. Sans un sou, ils vont monter l'arnaque du siècle que je ne dévoilerai pas ici.
Au revoir là-haut est un roman drôle, caustique et émouvant. Il est d'ores et déjà sur la liste de plusieurs prix littéraire et il ne serait pas surprenant qu'il en décroche plusieurs. Sans conteste, un des meilleurs livres de l'année.
Disponible aux éditions Albin Michel.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire