dimanche 7 avril 2013

COGNAC BLUES, David Patsouris, Le Rouergue


Charly est un professionnel. Quand il ne tue pas pour les maîtres du vignoble, il protège la tranquillité de leurs fêtes, intimide les gêneurs. À Cognac, les viticulteurs en colère font flamber des bûchers aux portes de la ville. Charly est chargé d'éliminer Bernard Bellion, un syndicaliste opiniâtre et insoumis qui n'a pas compris ce qu'il en coûte de vouloir résister aux rois du négoce. Seulement ce mort-là ne va pas le laisser tranquille.
Charly le pressent, à peine reparti vers les spots de surf et la côte atlantique, là où surgit Gail, une fille toute légère dans un halo de cheveux noirs. Alors que Charly tombe amoureux comme il se laisserait emporter par une déferlante, son complice se suicide, taraudé par le remords. Des ombres menaçantes peuplent soudain la presqu'île magique, entre Seudre et Gironde. Peut-on mettre un gilet pare-balles au bonheur ? Charly, le tueur qui fuit ses fantômes dans le ressac de l'Atlantique, Gail, la fille trop heureuse qui croit au paradis, foncent ensemble, jusqu'au manque d'oxygène.
David Patsouris signe un premier roman hypnotique et âpre, où l'amour garde la force de tout renverser.



Cognac blues est un vrai roman noir. D'abord, il y a la situation explosive qui tenaille les viticulteurs de la Charente. Ensuite, il y a Charly. Vrai tueur mais dont les états d'âme commencent à le dépasser. Il rencontre Gail, une belle jeune femme dont il tombe éperdument amoureux. Sentiment réciproque, d'ailleurs.
Il y a aussi le surf mais les vagues limpides et tubulaires ne parviennent jamais à masquer l'amertume de la vie. Celle de Charly et bien sûr celle des producteurs de cognac soumis au régime âpre et sans concession des grands négociants.
Cognac blues dépeint tout ça. Trop peut-être. Mais peut-on en vouloir à l'auteur de vouloir éclairer le lecteur sur une telle situation ?
Mais Cognac Blues, c'est aussi un roman atypique, très travaillé. L'écriture de David Patsouris et métaphorique, poétique et non conventionnelle. Parfois, on retrouve de nombreuses répétitions volontaires, parfois c'est la ponctuation qui manque dans des chapitres entiers. Oui, ce livre n'est pas un roman noir ordinaire. L'intrigue n'est pas le souci premier de l'auteur. C'est l'écriture, le style et rien que pour ça, même si quelques longueurs existent, il faut le lire.
Disponible aux éditions du Rouergue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire