lundi 19 novembre 2012

Nuits Noires, étoiles mortes, Stephen king


Ce nouveau livre du grand King est composé de 4 longues nouvelles dans laquelle il renouvelle tout son talent.
1922, le récit d'entrée, met en scène un paysan du début du XXième siècle. Dès les premières lignes Stephen King brosse le trait. Le paysan en question a tué sa femme et s'est adjoint l'aide de son fils. Comment dans ce cas là, le lecteur peut-il éprouver de la sympathie pour le personnage ? Et pourtant ! C'est aussi l'occasion pour l'auteur de dépeindre une société paysanne en proie aux difficultés liées à la crise qui touchera le monde et à l'émergence de grands groupes industriels et de nous rappeler qu'il est un des meilleurs auteurs contemporains américains. A mon avis, la meilleure nouvelle du recueil.
Grand chauffeur met en scène une auteure violée assoiffée de vengeance. Rien de bien original mais c'est où tout le talent du maître s'exprime.
Dans Extension Claire, la troisième nouvelle, Stephen King renoue avec le fantastique dans un récit où le protagoniste scelle un pacte avec le diable. Le récit est prenant et diabolique et on ne peut s'empêcher de frissonner. Très bonne histoire mais un peu trop courte à mon goût.
Enfin, Bon ménage raconte l'histoire de Darcy, femme d'un tueur en série et qui ne s'en rend compte qu'au bout de 27 ans de mariage. Brrr ! Terrifiant !
Nuits noires, étoiles mortes, le dernier né de Stephen King est un excellent cru à ne pas louper !


1 commentaire:

  1. Coup de coeur pour "1922" et "Grand Chauffeur". Magnifiques nouvelles.
    "1922" met bien en avant le monde paysan tel qu'il pouvait l'être il n'y a encore pas si longtemps... J'ai vraiment accroché.
    "Grand Chauffeur"...j'ai vu venir le truc assez tôt dans la nouvelle...et pourtant, quel pied en la lisant! Comme dit dans la chronique, pas de révolution, c'est assez classique et pourtant...que c'est bien écrit!!

    "Bon ménage", je l'ai trouvée plaisante, ça me faisait un peu penser à Dexter se faisant choper par sa femme ^^

    Dans mon livre, j'avais aussi "A la dure" comme nouvelle, très (trop!) courte...par contre, ça se lisait, mais rien de bien extraordinaire...

    RépondreSupprimer